logotype

Les Thenardier ont disparu ! (commerçants)

alphonse.allaisDès 1997, je constate que les mentalités évoluent. Chez les tenanciers de bar, par exemple. D'où ce petit texte que j'ajoute à la description d'un café qui organise des tournois de fléchettes, le Queen's...

"A cause des Misérables de Victor Hugo, le bistrotier français a longtemps eu une image déplorable, celle de Thenardier, l'exploiteur de Cosette. Radin, sale, avec une trogne de vicelard agressif, épaulé et influencé dans la mesquinerie par une épouse encore plus abjecte que lui. Cette image-là, terrible mais parfois vraie a disparu de derrière les comptoirs ! En tout cas à Laval. Les tenanciers de bar de cette fin de siècle sont jeunes mais responsables, sympa mais fermes dans l'exercice de leur profession, animateurs certes mais avant tout chefs d'entreprise, organisateurs de spectacles bien sûr, mais soucieux de ne pas pousser trop loin les décibels...Des modèles du genre. S'ils présentent chacun des personnalités différentes, tous sont conscients que leur profession a changé et que l'on n'attire plus le chaland avec... de l'alcool !!!Vous aviez déjà constaté ce changement avec l'homme du Spoutnik (Laval Infos n°12), plus porté sur la chanson et la photo que sur les breuvages, et avec l'internaute du Vulcain (Laval Infos n°14). Avec leurs championnats de fléchettes, les patrons du Queen's, de L'Eden et du Windsor rejoignent le club des nouveaux tenanciers, celui de ceux qui ont des idées et, dans la bonne humeur, les mettent en pratique..." 

Merci Jean Dutourd !

dutourdL'académicien Jean Dutourd (1920-2011) fut l'un des écrivains fétiches de Laval Infos qui, entre 1997 et 2004, le cita huit fois en page 22 permettant ainsi à chaque lecteur curieux de se faire une idée de ce qu'on nomme la liberté de ton... Une idée du bon français aussi, que Dutourd maîtrisait parfaitement... 

Sa première "intervention" concerna la défense de la langue et suggérait à l'Etat un moyen pour remplir ses caisses. Je l'ai titrée Vers un nouvel impôt ? " On ne s'est pas gêné pour instituer l'inquisition fiscale. Je ne sais quelle vergogne retient les pouvoirs d'instituer une inquisition linguistique, qui serait bien aussi utile, et dont chacun, à l'encontre de l'autre inquisition, approuverait la rigueur. Quelle belle chose se serait que, parallèlement aux terribles polyvalents qui s'abattent comme des sauterelles sur les patrons d'entreprise, le ministère des Finances créât un corps d'inspecteurs grammairiens chargés d'éplucher les journaux, les réclames, les livres qui paraissent, d'écouter la radio et la télévision, et de noter chaque infraction !"

Ce petit texte est tiré d'un discours que Jean Dutourd prononça lors de la séance publique annuelle de l'Académie française du 19 décembre 1985.  On le trouve dans son ouvrage Loin d'Edimbourg (Editions de Fallois).

Vive le passé ! (C'était Laval)

boston.signatureLes C’était Laval de l’année 1997 m’ont permis de faire découvrir le jumelage Laval-Norton (40 ans cette année-là, eh oui comme le temps passe...), Pierre Queruau-Lamerie (maire de Laval entre 1832 et 1844), le Musée des Sciences qui ne le fut pas toujours,  Henri Rousseau dit le Douanier (qui eut droit à quatre C'était Laval d'affilée, de quoi en faire une indigestion !), les remparts de Laval (avec Foulques de Citéblonde), l’histoire de la collecte des ordures ménagères à Laval et, dans le numéro de fin d’année, ce que le père Noël apportait aux petits enfants lors des Noël 1947, 1957, 1967 et 1977

L'euro de la Mayenne (communication)

cameron.diazEn 1997, cinq ans avant l'arrivée obligatoire de l'euro dans nos porte-monnaie, le président du Comité Départemental -  par ailleurs ministre de l’économie et des finances - met sur pied une opération médiatique - l'euro de la Mayenne - destinée à nous faire aimer coûte que coûte la future nouvelle monnaie européenne.

Le lancement de cette opération se déroule le vendredi 7 mars dans le hall de la trésorerie générale. Soudain, alors que je discute de je ne sais quoi avec Fabienne Desfringues, alors présidente du Club des Boutiquiers, et Jean-Paul Vernis, alors président de l'Union des Commerçants et des Industriels, le Président-Ministre précité se pointe vers nous, avec son sourire de marchand de sushis...

Je tends alors la main à cet europhile de compétition en me présentant ainsi : « Laval Infos, le journal anti-Maastricht de Laval". Voyant qu'il esquisse un sourire j'en profite pour lui demander pourquoi la République ayant choisi Marianne comme emblème, l'Euro de la Mayenne n'a point, lui, opté pour le beau visage de Fabienne Desfringues, qui en rosit de plaisir. "Ah, ce Gruau, quel talent !" conclut le ministre de l'Economie et des Finances avant de rebrousser chemin. Quel talent, peut-être !  Mais ce Politicien, quel flatteur !

La suite dans le livre...

Unissez-vous et procréez ! (Opposition)

mami.cocoEn 1997, dans le premier article d’une série de quatre consacrée à l’hôpital du Gros-Caillou, j'évoque la maternité, « service qui reçoit le plus de jeunes femmes et suit hélas le triste mouvement démographique français, celui d’un vieux pays qui ne croit plus en son avenir puisque le renouvellement des générations – de nos générations – n’est plus assuré. 2 030 naissances en 1980, 350 de moins en 1996.

Néanmoins, deux bonnes nouvelles permettent de se réjouir : 1°) Il y a une légère remontée de la démographie lavalloise : 1 562 naissances en 1994, 1 695 en 1996 ; 2°) La maternité va être bientôt refaite. Mais on ne le dira jamais assez : Lavallois, Lavalloises de tous les quartiers, unissez-vous et procréez ! Car quoi qu’en disent les penseurs du « politiquement correct », la fécondité est le bien le plus précieux d’un pays qui croit en lui ! Bonnes soirées de Noël à tous… »

Ces dernières lignes furent reprises par l’opposition dans son trimestriel (de l’époque)  Autrement Citoyenneté, Solidarité, Ecologie, qui m'accorda sa récompense maison : L’Aliboron d’or (Aliboron = imbécile chez Robert, une personne stupide et prétentieuse chez Grand dictionnaire Larousse, un homme ignorant qui fait le connaisseur chez Larousse Classique 57). Titre de l’article (une page complète) : Avis à la… copulation ! La lecture de ces lignes les a rendu malades… de rire…  C’est toujours ça de pris !, comme disait ma grand-mère (photo)... 

La suite dans le livre...

2017  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates