logotype

Mon maire-patron et moi (intro)

 

mairie-bleueJ’ai découvert François de Sénert dans l’exercice de ma profession de journaliste municipal qui me permettait de le voir dans ses oeuvres, généralement le ouiquende, quand les parlementaires sont chez eux, dans leur ville préférée, au bercail.

 

Combien de fois l’ai-je entendu discourir en saluant ostensiblement Monsieur le préfet, Mesdames et Messieurs les conseillers généraux, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, etc. ? Souvent, très souvent. Surtout à partir de 1997 quand la dissolution concoctée par le fougueux Dominique de Villepin lui fit perdre son poste de ministre de la Recherche…

Je l’ai aussi beaucoup entendu lors des conférences de presse que lui organisait le cabinet pour qu’il puisse expliquer sa politique aux journalistes de West Planplan, du Bourrier de la Moyenne et de Radio Mayenne. Je prenais place parmi mes « confrères » en respectant, le plus souvent, un silence de plomb (enfin, j'essayais). Généralement, Sénert était entouré des élus concernés par le sujet qu’il allait lancer aux media : Louis Toutaibon pour le budget, Jocelyne Faral pour la culture, Bruno de L’Hospital pour les parcmètres…

Pour le reste, liées à quelques petits recadrages souhaités par ce maire très peu directif, nos rencontres personnelles se sont comptées sur les doigts des deux mains. Il est vrai que je n’avais nul besoin de le voir en privé car, comme on dit couramment, tout baignait ! Il faut savoir qu'un maire est tellement sollicité quand il pose un pied dans sa mairie qu’il voit en priorité ceux avec lesquels il a des problèmes à régler d'urgence. Quand tout roule, pas besoin d'une rencontre dans son bureau… qui pourrait entraîner des complications !

Comme je l’ai déjà écrit : le 18 juillet 1995 François de Sénert m'a confié une mission que j'ai suivie à la lettre : faire un journal qui ne soit pas emmerdant ! Ayant reçu le message 5 sur 5 pourquoi serais-je allé le voir sans arrêt ? Ne recherchant point ses faveurs, je me contentais de ses apparitions publiques ou auprès des media. Ce type de rapport m’allait comme un gant car les politiques étant perpétuellement inquiets, ceux qui les fréquentent à longueur de journée en ont vite ras-la-casquette…

Le lecteur l'aura deviné : j'ai passé treize années heureuses à la Mairie de Laval, sous l'autorité - fort distante, tout à fait supportable -  de François de Sénert... 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2017  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates