logotype

La Mayenne et la guerre de 1870

notredameavesniers

La dernière bataille de la guerre de 1870 eut lieu à Laval, le 18 janvier 1871. La veille, la Vierge Marie était apparue à des enfants de Pontmain, également en Mayenne.

" A Berlin !"

La guerre de 70,  les petits écoliers français qui, devenus  adultes,  prirent les armes contre les Allemands en « 14-18 » et en « 39-45 », en avaient tous eu la tête farcie par leurs instituteurs !

Ils connaissaient sa cause immédiate, la « dépêche d’Ems », mais aussi les grands épisodes narrés dans leurs livres d’histoire : la déclaration de guerre et les cris d’enthousiasme de la population parisienne (« A Berlin ! »), le siège de Paris, l’envol de Gambetta en ballon, le désastre de Sedan…

 

Mais s’ils connaissaient aussi l’armistice, signé le 29 janvier au Château de Versailles, ils ignoraient trop souvent deux autres événements ayant précédé ce dernier…

 

Le général Chanzy

 

Le 16 janvier, après la débâcle de la IIème Armée de la Loire face aux troupes du prince Frédéric-Charles, les Prussiens sont aux portes de l’Ouest et le général Chanzy arrive à Laval.

 

Deux jours plus tard, par les routes du Mans et d’Argentré, l’ennemi se dirige lui aussi vers le chef-lieu de la Mayenne… Le combat est inévitable…

 

Saint-Melaine

 

Composées par le 27ème régiment (Isère) et le 88ème régiment (Indre-et-Loire) de la garde Mobile, les troupes françaises ouvrent le feu à 11 h 30. Bousculées par les Prussiens, elles doivent très vite se replier dans le bourg de Saint-Mélaine qui jouxte la ville de Laval…

 

L’après-midi, judicieusement réparties par le général de Curten, les troupes et l’artillerie françaises vont mener l’assaut pendant deux heures et prendre l’avantage sur les Prussiens qui battent en retraite abandonnant plus de cent morts sur le terrain contre une trentaine côté français…

 

La « Vierge de Pontmain »

 

La veille, 17 janvier 1871, à quelque soixante kilomètres de Saint-Melaine, eut lieu un épisode qui, bien que mondialement connu ne figure dans aucun livre d’histoire…

 

Un épisode qui continue d’être fêté chaque année par des milliers de catholiques de l’Ouest de la France :  la Vierge Marie est apparue à quatre enfants du petit village mayennais de Pontmain…

 

« Mais priez mes enfants ! »

 

Eugène et Joseph Barbedette, Françoise Richer et Jeanne-Marie Lebossé sont formels : contrairement aux adultes qui les pressent de questions, ils voient très distinctement la Vierge avec, à ses pieds, une grande banderole blanche…

 

Et sur cette banderole, ils lisent avec netteté le court message suivant : « Mais priez mes enfants, Dieu vous exaucera en peu de temps, mon fils se laisse toucher… »

 

Le départ des Prussiens

 

Le 20 janvier, dans la basilique d’Avesnières, l’évêque de Laval, Mgr Wicart, avait fait le vœu de rétablir sa tour et sa flèche pour que la Ville fût préservée de l’invasion…

 

Le même jour, les troupes prussiennes commençaient à évacuer la Mayenne…

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2017  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates