logotype

Un nouveau monde

images_7Pas de doute là-dessus, un monde nouveau s’est mis en place sous mes yeux. Un monde composé d’individus qui passent leur temps à organiser des (pseudo) fêtes sur tous les sujets. On pense à la musique bien sûr, qui date de Mathusalem (Mitterrand). Mais il y a aussi celles du Jeu, du Jardin, du Pain, du Vin (et du Boursin ?), de l’Internet... On dirait que le nouvel objectif des « festivocrates » (selon l’expression de Philippe Muray) est de remplir le calendrier de fêtes en tous genres et sur tous les sujets…

Il y a aussi cette course effrénée, maladive, pour la reconnaissance, la repentance, la fierté (la pride), le grand déballage… Ce désir de narrer - et, si possible, devant des millions de gens - ce qui vous est arrivé de noirâtre, de glauque, de terrifiant ; cette envie de raconter ses problèmes de couple, d’érection, ses tendances suicidaires… Il y a également cette haine de l’occident chrétien, ce désir de nier des évidences culturelles, de ramener l’Histoire à l’éruption hitlérienne qui, dans l’esprit des plus incultes, est fille du régime de Vichy…

Il y a aussi cette course effrénée, pour les entreprises et les associations, à la performance, ce besoin de labels décernés par des "hautes autorités" en tous genres, cette quête de certifications remises par les assemblées d’experts auto-proclamés, de prix divers et variés qui permettent de communiquer toute l’année sur des sujets, le plus souvent, sans intérêt pour quiconque n'est pas dans la branche. J’ai donné, moi aussi, je le confesse, dans ce genre de niaiserie en pondant des articulets sur l’obtention d'un nouvel @ par exemple par le « jury des villes internet ». Bien sûr, je mettais des guillemets pour me démarquer, montrer que je n’étais pas dupe de ce genre de snobisme… Mais je devais quand même signaler le nouvel hochet en "page événements" car l’élu concerné en avait besoin. Pour communiquer, bien sûr !  Et justifier sa présence au conseil, ses indemnités…

Par exemple, je me souviens d’avoir informé mes lecteurs sur ces faits ô combien excitants : "Laval 2e au concours des villes les plus sportives des pays de la Loire" ! Ou encore "Laval décroche sa troisième fleur", qu’on va placer sur les panneaux d’entrée de ville en bombant le torse… Il y a quelques dizaines d'années, un réalisateur aurait tourné une comédie sur ce sujet, avec un Bourvil ou un Fernandel dans le rôle du jardinier. On aurait ri de ce genre de victoire alors qu'aujourd'hui, des journalistes municipaux vous les annoncent avec le sérieux d'un président du conseil qui vient de former un Gouvernement d'Union Nationale... 

La suite dans le livre...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2017  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates