logotype

CC du 12 décembre 2016 : temps de travail des Territoriaux, Espace Mayenne, tarifs de l'Eau...

Dites donc JC Gruau, le conseil communautaire à fait recette hier soir ! On n'avait jamais vu autant de monde dans la salle et, bien sûr, devant l'Hôtel de Ville... Des Territoriaux en colère manifestaient contre la nouvelle organisation du temps de travail qui leur fait perdre non leur emploi à vie (rassurez-vous !) mais des journées de vacances qui devront être transformées en RTT. Les agents devront travailler ainsi quatre heure de plus par semaine. Comme leurs collègues des autres collectivités territoriales de France et de Navarre. Cette réorganisation - voulue par François Zocchetto - avait été préconisée par la Chambre régionale des comptes...

Votre intervention fut, une fois de plus différente de celles des autres élus d'opposition. Une fois de plus vous avez regardé la situation avec une hauteur, une altitude que les bobos-gauchos ne peuvent prendre, ne veulent surtout pas prendre car cela irait contre leurs intérêts électoraux. Evidemment ! Les types de gauche frétillent d'aise quand il y a un mouvement social qui s'oppose à une collectivité tenue par une majorité dite de droite ! Il fallait voir le coco hier soir comme il avait l'air heureux ! Il frôlait l'orgasme chaque fois qu'il observait ses copains qui manifestaient ! Joie ! Joie ! Joie ! Il a même osé critiquer les mesures de sécurité mises en place pour la circonstance ! Alors qu'il sait pertinemment que si on laisse entrer plusieurs centaines de personnes dans la salle, les choses peuvent dégénérer...

Qu'avez-vous dit exactement ? Ceci :

" Au risque de choquer certains manifestants, je tiens à dire que les problèmes liés à la nouvelle organisation du travail débattu ce soir conviennent d'être sérieusement relativisés car nous vivons dans une France où le moindre emploi dans le secteur privé est particulièrement difficile à trouver, particulièrement difficile à conserver et, de plus en plus souvent, particulièrement difficile à supporter pour différentes raisons qui tiennent à l'évolution de notre société.

En effet, la mondialisation que certains d'entre vous ont voulue en 1992 en votant le funeste traité de Maastricht a donné naissance à une course à l'argent d'une expansion et d'une cruauté inouïes, une course menée tambour battant par une mafia de lobbyistes cosmopolites fermement résolue à transformer l'ensemble des Français en simples consommateurs dotés d'un cerveau qui n'obéira bientôt plus qu'à une raison marchande et utilitariste.

Cette course effrénée, chers agents municipaux et communautaires, permettez-moi de vous dire qu'elle ne vous concerne guère car - Dieu merci pour vous ! - vous bénéficiez - je l'ai déjà dit plusieurs fois - d'un emploi à vie, d'un job qu'on ne peut vous retirer à moins que vous ne vous comportiez comme des voleurs ou des délinquants dans l'exercice de vos missions !

Maintenant, je comprends que vous ne sautiez point de joie devant cette nouvelle organisation qui va quelque peu perturber vos emplois du temps... C'est toujours pénible de perdre quelques avantages... Mais vous ne perdrez pas votre travail et, partant, l'une des raisons de vous lever le matin et de conserver votre dignité auprès de votre famille et de la société...

Ce qui me donne le droit de vous dire cela aujourd'hui, et sans baisser les yeux autrement que pour lire mon intervention, c'est que j'ai moi aussi dans une vie antérieure travaillé à la mairie de Laval treize années comme contractuel et que - hélas - cela fait déjà de longues années que je connais les affres du chômeur en fins de droits ayant franchi le cap de la cinquantaine...

Je peux donc, contrairement à vous, comparer les deux situations.

Et je peux aussi vous dire que le chômage même avec une famille en or, une philosophie digne de ce nom et quelques passions qui permettent de se tenir droit dans ses boots, le chômage est un fléau qu'on ne peut souhaiter à son pire ennemi.

Mais il y en a un autre de fléau, dans la France d'aujourd'hui, c'est d'être à son compte dans le privé et de ne pas ou plus pouvoir payer ses taxes et autres charges tout en travaillant parfois 70 heures par semaine !

Je pense à certains agriculteurs et à quelques dizaines de milliers d'artisans qui, en ce moment même, hésitent entre le coup de carabine, le gaz ou la corde pour quitter ce monde d'abrutis dans lequel nous vivons...

Pensez à eux quand vous rédigez vos tracts, pensez à eux quand vous organisez vos manifs pour convaincre la population lavalloise de votre présent malaise..

Dites-vous aussi que ce sont les contribuables qui vous paient et que la part des dépenses publiques correspond en France à 57% du PIB... C'est peu dire que la coupe est pleine - archi-pleine - et qu'outre les scènes tragiques que j'ai décrites on assiste aussi à d'innombrables départs pour l'étranger des jeunes forces vives de la Nation qui veulent une juste récompense financière de leurs efforts...

Conseiller communautaire j'ai regardé la délibération concernant l'organisation du temps de travail et ne lui ai trouvé rien à redire et ce d'autant qu'elle va dans le sens recommandé par la Chambre régionale des comptes, laquelle a la réputation d'émettre des avis qui méritent d'être suivis car ils frappent tantôt la gauche et tantôt la droite...

D'autre part, je ne vois pas comment on pourrait justifier que des fonctionnaires d'une collectivité territoriale, celle de Laval en l'occurrence, soient "privilégiés" par rapport à certains collègues d'autres communes... Dans la fameuse devise républicaine, il y a le terme "égalité", ce n'est pas moi qui l'ai gravé dans le marbre mais, dans ce domaine, il ne me choque aucunement...

Voilà ce que je voulais dire ce soir et tant pis si cela déplaît à certains qui ne doivent aucunement se sentir visés car la qualité de leur travail n'est nullement en cause !

Bref, même si le Président Zocchetto n'aurait pas dû en début de mandat augmenter les rémunérations de ses vice-présidents, augmentation qui rend quelque peu critiquable toute réforme susceptible de toucher au train de vie de la fonction publique,  je suis d'accord avec la délibération qu'il nous demande de voter ce soir."

Dommage que ni Ouest-France ni Radio Mayenne ne soient revenus sur cette intervention... Ouest-France n'a souhaité évoquer, la concernant, que la recommandation de la Cour régionale des comptes... Mais je n'en veux pas au journaliste qui a dû envoyer son papier quelques minutes après les faits... Le travail ne peut qu'être plus ou moins bâclé...

C'est mieux de laisser passer une journée pour taper juste. Evidemment ! Là, il lui faut écrire vite et, le plus souvent, passer à côté de l'essentiel...

J'ai vu également votre tweet de ce matin sur le sujet qui pourrait servir de sujet de philo au baccalauréat : Ce qui manque à nombre de #fonctionnaires ? Ne pas avoir connu deux ou trois ans de chômage, ça apprend la (vraie) vie, l'effort, l'humilité. C'est du bon sens.

Revenons à votre première intervention sur le grand sujet de la séance : le futur Espace qui coûtera au minimum 37 millions d'euros et dont le budget de fonctionnement sera à la charge des contribuables de Laval Agglo pour la coquette somme (estimée ce jour) de 945 000 euros par an. Comme tout le monde, ai-je signalé, j'ai découvert la somme pharamineuse - près de 1 million d'euros - que cet "Espace" allait coûter chaque année au contribuable lavallois et en suis horrifié ! Même si je comprends combien il est important de donner du travail aux entreprises du Bâtiment par les temps qui courent, je trouve excessif de lancer un projet aussi coûteux et qui ne répond à aucune nécessité.

C'est le moins qu'on puisse dire... J'ai dit alors au Président qu'il parlait des "besoins" des citoyens dans le domaine culturel, sportif et économique mais que beaucoup de Lavallois ont l'impression qu'il confond CES "besoins" avec SES envies de "politicien-bâtisseur" désireux de jouer à Tonton Mitterrand qui construisit, à nos frais, l'opéra Bastille ou la Très Grande Bibliothèque de France, deux gouffres à pognon que les contribuables continuent de payer...

Je constate que ce n'est pas la même chose que ce qui est écrit dans Ouest-France ce matin : "Vous confondez vos besoins aux envies des administrés." Non, ce n'est pas la même chose (je n'ai pas parlé des besoins présidentiels) et c'est pourquoi j'ai choisi d'écrire les deux déterminants en majuscule pour qu'on ne les confonde pas... Mais je continue, si vous le permettez...

Oui, allez-y ! "37 millions d'euros ! Et 945 000 euros de déficit annuels déjà annoncés ! Avouez qu'il y a de quoi trembler pour les feuilles d'impôts à venir, qui nous concernent tous beaucoup plus que la venue de quelques vedettes de la chanson ou de la téléréalité que vous y ferez venir !   

Le théâtre de la rue de la Paix est suffisant pour les pièces de théâtre et certains concerts, la salle polyvalente l'est pour les chanteurs qui, de plus en plus, peinent à remplir les salles de province... Elle est même largement suffisante pour le popotin sur-médiatisé de Kim Kardashian au cas où vous voudriez le faire venir chez nous !

Quant aux compétitions sportives et autres colloques concernant la vie intellectuelle ou celle des entreprises, il y a suffisamment d'infrastructures susceptibles de les accueillir...

Bref, ne jouons pas avec l'argent public et abandonnons ou revoyons à la baisse ce grand chantier qui va se transformer en gouffre financier et interdira certains investissements réellement utiles à l'économie locale. "

Vous êtes également revenu sur la future hausse des factures d'eau et assainissement... Bien sûr ! J'ai évoqué la fameuse séance du 23 mai dernier durant laquelle, d'aucuns s'en souviennent peut-être, le père de famille plus ou moins fauché que j'étais déjà à l'époque avait très vivement réagi au sale coup que Monsieur Maurin nous avait réservé, à savoir, pour les Lavallois, l'augmentation à venir de la facture d'eau potable...dans des proportions qu'un sexagénaire sans enfants à la maison et financièrement très à l'aise ne peut imaginer...

J'ai tenu à redire hier soir - mais de la façon la plus douce et la plus courtoise possibles - que je trouve cette augmentation toujours aussi scandaleuse et préjudiciable à la vie quotidienne des familles lavalloises qui ne peuvent faire autrement que de dépenser de nombreux litres d'eau tous les jours... 

Oui, cette mesure est un mauvais coup porté aux familles plus ou moins nombreuse car elle va susciter la gêne et la zizanie. La gêne parce que les factures eau et assainissement vont peser davantage sur le budget familial... La zizanie parce qu'on va devoir surveiller la moindre utilisation du robinet ou de la chasse d'eau, des machines à laver la vaisselle et le linge... Malheur à celui qui aura la colique ou, plus âgé, des problèmes de prostate...

Et que dire des amis qui pourraient venir à la maison pour y passer une soirée arrosée ou un séjour qui s'étend... sinon qu'on leur conseillera peut-être de faire leurs besoins dans le jardin et de se laver le moins possible...

J'ai terminé mon intervention en soulignant que je n'irai pas jusqu'à dire que cette hausse fera un jour perdre les élections au Président Zocchetto car ses concurrents côté gauche y sont également favorables mais enfin, je pense qu'elle va, elle aussi, accroître le malaise que de nombreux contribuables ressentent à chaque fois qu'il leur faut payer une facture portant l'estampille des services publics...

Votre conclusion était, une fois encore, un tantinet provocatrice... Pouvez-vous me la citer entièrement ? Bien sûr ! "En clair, je n'étends point cette fois mon bras droit dans la direction de Monsieur Maurin en y posant délicatement en son médian la paume de ma main gauche avant de rabattre mon avant-bras droit vers mon nez, non, je n'effectue pas ce geste vulgaire et déplacé mais sachez que ce n'est pas l'envie de le faire qui manque..."

Concernant le budget, là encore, vous avez pointé du doigt l'absence de baisse d'impôts... J'ai effectivement préféré m'abstenir car s'il y a nombre de bonnes choses dans ce budget 2017, le Président n'a pas jugé bon de baisser le taux de la Cotisation Foncière des Entreprises, qui est beaucoup trop élevé !

Je pense que, dans ce domaine, un geste de la part de Laval Agglo, instrument au service du développement économique de notre territoire, aurait été particulièrement apprécié par les chefs d'entreprises qui n'en peuvent plus de payer toutes les taxes diverses et variées que les élus rémunérés - et parfois grassement - par le contribuable leur imposent depuis des années et des années.

C'eût été également un signe d'encouragement pour les futurs créateurs d'entreprises qui, avouons-le, ont plutôt intérêt à dépenser leur énergie en Angleterre ou ailleurs s'ils souhaitent profiter de leurs efforts... 

Au lieu de cela, rien ne bouge ! Et une fois de plus, selon le mot de Chirac lors de sa campagne en 1995, on continue de laisser les entrepreneurs courir le marathon avec des semelles de plomb...

Vous êtes aussi intervenu concernant le rapport sur l'égalité des sexes au sein de Laval Agglo. Oui, j'ai fait remarquer que si aucune indication n'était donnée concernant les salaires des hommes et des femmes cela devait signifier qu'il n'y avait aucune inégalité salariale entre les sexes au sein de la collectivité... Bravo l'Agglo !

Le Président a laissé entendre qu'il s'agissait d'une excellente chose, en effet. Je lui ai alors conseillé de mettre ce fait en avant car, dans le domaine de l'égalité entre les sexes au sein de la galaxie Travail, c'est la seule qui compte vraiment ! Qu'au même poste une femme gagne autant qu'un homme. Le reste, tout le reste n'est que littérature ! Hélas, ce n'est pas ce qui se passe toujours dans le privé. Mais, le privé reste le privé... Nous n'avons pas à y mettre notre nez...

Bon, ça ira pour cette séance-là car je sais qu'on se retrouvera la semaine prochaine, après le conseil municipal du 19 décembre où, de nouveau, il y aura une délibération sur la réorganisation du temps de travail. On ne peut rien vous cacher, cher Bois-Renard. A la semaine prochaine...

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2017  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates