logotype

CM du 19 septembre 2016 : ZAC et LGV, Pillon et Marie-Rose, les rapports de Maurin

Bonjour JC Gruau ! Alors ce conseil d'hier soir, enfin une bonne nouvelle : il y aura bien une crèche pour Noël dans le centre-ville ! Oui, c'est ce qu'a laissé entendre "l'adjointe à l'attractivité" après force questions de ma part. Car ce n'était pas écrit noir sur blanc dans la délibération présentant les festivités de "fin d'année". C'était seulement suggéré par l'un des alinéas. Il a donc fallu que j'insiste... Jusqu'à ce qu'elle reconnaisse qu'une crèche serait installée ce qui, évidemment, me réjouit puisque ce retour du Petit Jésus en centre-ville était l'un des points essentiels du programme "identitaire" de "Laval Mieux Vivre", que j'eus l'honneur de défendre lors des dernières municipales...

C'est pourquoi, ce matin, dans le bulletin de 8 h, la journaliste de Radio Mayenne Isabelle Marchand s'est permise d'ajouter que cette installation répondait à "une demande récurrente de l'élu d'extrême droite"... Lier l'extrême-droite (qui est une insulte pour nombre de Français dits lettrés) à l'instauration d'une crèche, c'est une petite mesquinerie de la part de Mme Marchand qui, connaissant la pleutrerie des cathos lavallois sur le plan politique, espère ainsi les empêcher de saluer haut et fort l'initiative du maire de Laval de peur d'apparaître comme étant proches de "l'élu d'extrême droite"...

Enfin, c'est quand même une bonne nouvelle, non ? Oui, car les réjouissances de Noël ne doivent leur existence, qu'on le veuille ou non, qu'à la naissance du Christ Rédempteur. Cela n'a d'ailleurs rien de choquant et François D'Aubert l'avait bien compris, qui avait décidé d'installer une crèche en centre-ville dès sa première année de mandature,1995. Et chaque année, je m'en souviens très bien, des milliers de visiteurs se sont déplacés, enchantés de pouvoir contempler la Sainte Famille dans des crèches différentes. Compte tenu de la crise identitaire que traverse notre pays, cette crèche ne peut pas nous faire de mal...

J'ai constaté que, suite à la réponse qui vous a été faite par "l'adjointe à l'attractivité", les élus de gauche ont voté contre "les festivités de fin d'année". Oui, et cela m'a bien amusé ! Ces tristes bobos détestent le Christ né dans une crèche mais veulent nous fourguer - et de force !-  des "migrants" par millions dans notre pays. Ils sont totalement incohérents !   

Les "migrants", parlons-en, j'ai vu que vous aviez lancé le sujet... Bien sûr que je l'ai lancé car le petit franc-maçon Cazeneuve veut nous en offrir à foison pour désengorger la "Jungle de Calais" qui, une fois vidée, se remplira dans la semaine... C'est terrifiant mais ce qui l'est tout autant c'est l'apathie des Français. La peur de passer pour des "racistes", sans doute ! Mais quand on est chez soi, on doit garder un droit essentiel : celui d'accueillir qui on veut !  

Ils feraient bien de suivre l'exemple des Corses qui ont su montrer leurs muscles dernièrement, ce qui a conduit le Gouvernement à ne pas leur en envoyer prochainement... Oui. Enfin, j'ai lancé le sujet - qui devrait préoccuper tous les Français de souche et assimilés car il préfigure la tiers-mondialisation à venir de notre pays - mais, comme d'habitude, on m'a regardé comme si j'étais un zombie, une sorte de malade !

Le coco vous a même traité de "facho" ! Oui, vous voyez le niveau du débat ! Mais, comme on disait dans ma jeunesse, sur la cour de récré, quand un pauvre gars nous insultait : "La bave du crapaud n'atteint pas la blanche colombe..."

Quand même ! se faire traiter de "facho" ! Si vous saviez à quel point je suis indifférent à ce qui peut venir d'un communiste ! Mais j'ai quand même souhaité me montrer généreux à son égard, en lui précisant que le fascisme était de gauche et moi, de droite ! Mais c'est tout ce que j'ai pu dire sur le sujet car le maire de Laval, vous le savez déjà, n'apprécie pas les polémiques au sein du conseil, à moins qu'elles ne concernent l'économie, les chiffres, les normes...

Enfin, j'ai vu - ou plutôt entendu - comment vous aviez réussi à aborder ce "sujet-qui-fâche" alors que le conseil municipal ne l'avait pas inscrit à l'ordre du jour... Par le biais d'une énième critique du Contrat de Ville qui va coûter, pour l'année 2016,  la coquette somme de 105 000 € aux contribuables lavallois...  Oui, mais attention ! Quand on lit la délibération, on est estomaqué par le talent de ses rédacteurs qui savent trouver les mots, concepts et autres expressions permettant de faire saliver le bobo, à commencer par les élus de gauche du conseil qui n'ont jamais de critiques à formuler à Zocchetto en matière de Contrat de Ville...

C'est réellement impressionnant ? Ah ça, oui ! Car quand on lit la délibération, croyez-moi, on est sidéré par le nombre de "problématiques" soulevées - et bientôt solutionnées grâce à une multitude "d'actions", de "démarches", de "volets", de "piliers" et "d'orientations stratégiques clairement identifiées" toutes plus belles les unes que les autres.. Le problème, c'est qu'on a compris depuis longtemps que le Contrat de Ville n'améliorera rien du tout !

Redonnez-moi les deux exemples que vous avez choisis hier soir ? Madame Soultani - enfin le Contrat de Ville - veut améliorer l'apprentissage de la langue française et, entre autres, lutter contre la "radicalisation" (qu'elle refuse d'expliciter. Des bouddhistes, sans doute ?). Très bien. Mais comment peut-on améliorer la première en laissant pénétrer chez nous "le monde entier" et éradiquer la seconde en préconisant de mettre en avant les différences sexuelles de certaines catégories de population ! Car je doute fort qu'une organisation de Gay Pride donne aux jeunes musulmans qu'on voudrait "déradicaliser" une haute idée de notre civilisation...

Il y a là beaucoup d'incohérences ! Oui, c'est ce que j'ai dit. Mais j'ai également signalé que c'était le cadet des soucis de ceux qui, comme Samia Soultani, sont devenus des professionnels de la politique -  des gens toujours prêts à promettre n'importe quoi à n'importe qui le temps d'une élection ! Ces choses dites, j'ai indiqué que le Contrat de Ville n'avait point fini d'aspirer l'argent des contribuables, qu'il s'agissait d'un puits sans fonds !

Et c'est à ce moment précis que vous avez "lâché la bombe"... Oui. On peut dire ça comme ça. J'ai en effet indiqué que j'avais appris dans les gazettes que la Ville allait tôt ou tard accueillir -sans nous consulter ni même froncer les sourcils- de "nouveaux arrivants" qui nous viennent de la "jungle de Calais"... Autrement dit des "migrants" qui n'ont absolument rien à faire chez nous car si on nous les présente comme des réfugiés, il s'agit, pour l'immense majorité d'entre eux, d'hommes en parfaite santé ayant quitté femmes et enfants dans leur pays pour venir lâchement profiter des largesses du nôtre et aussi de notre gent féminine...

Vous avez aussi parlé du nombre de terroristes islamiques qui se trouvent dans le lot et prêts à tout faire sauter au nom de qui vous savez ! Bien sûr ! D'où ma conclusion : il est évident qu'avec de telles arrivées, toutes les actions que la Ville entreprendra avec les 105 000 euros votés ce jour seront encore plus vaines !  

Bravo pour votre intervention ! Car ces choses-là méritent d'être dites dans une enceinte municipale... Oui, mais je n'ai eu aucune réaction positive, favorable. Madame Soultani a bredouillé je ne sais quelle réponse (on l'entend mal d'où je suis) et le débat a "monté d'un cran" avec la réaction du coco de service déjà évoquée plus haut...

Il est tout de même incroyable qu'aucune femme d'un conseil dit de droite ne vous suive sur ce coup là alors que l'on ne compte plus les viols de Suédoises, d'Allemandes...par les nouveaux arrivants ! Oui, c'est incroyable. Je ne comprends pas...

Ensuite, vous avez détendu l'atmosphère avec une intervention saluant, pour une fois, une initiative de Didier Pillon liée à la création future d'un "événement lyrique annuel". Disons que quand Didier Pillon nous "vend", pour nos musées, des chaises renversées couvertes de moules ou des patchworks de détritus à deux balles qu'il ose qualifier d'oeuvres d'art avec des tremolo dans sa belle voix, je le désapprouve sans réserve.  En revanche, quand il nous parle d'art lyrique, je lui réserve une oreille particulièrement attentive car, comme Radio Mayenne l'a maintes fois prouvé ces trente dernières années, "l'opéra, c'est son dada !" C'est pourquoi je me réjouis, en effet, que la Ville de Laval puisse enfin profiter de ses compétences pour créer un "événement lyrique annuel". J'espère qu'icelui apportera à notre cité un volet culturel rarement défendu dans les grands media qui préfèrent systématiquement la nullité crasse de "Secret Story" à Puccini et les vannes bien grasses de Cyril Hanouna à la Traviata...

Vous avez terminé par une demande ayant peu de chance d'être suivie... Oui. Toujours soucieux de voir les talents locaux s'unir pour appuyer et développer des projets à caractère municipal, je me suis permis de demander à Didier Pillon de "s'offrir" les services d'un consultant bénévole, un passionné d'opéra qui, comme lui, a eu en charge la culture lavalloise avant que la gauche ne l'ait réduit au silence après son bref retour parmi nous... Je veux parler d'Emmanuel Doreau dont les compétences dans le domaine de l'opéra sont de nature à enrichir ce festival auquel je souhaite beaucoup de succès...

En revanche, juste après, quand Didier Pillon a proposé que la Ville achète des oeuvres d'une certaine Marie-Rose Lortet vous avez repris votre casquette de défenseur acharné des finances locales...  Oui car si j'avais vanté quelques minutes avant les compétences indiscutables de Didier Pillon dans le domaine de l'art lyrique, je pense qu'il n'en a aucune en matière d'art plastique ! C'est pourquoi j'ai demandé qu'il cessât une bonne fois pour toutes de dépenser l'argent du contribuable, notre argent, en achetant des oeuvres qui, comme on disait dans le temps, ne cassent pas trop pattes à un canard !

Je n'ai rien contre Marie-Rose Lortet mais considère que ses "productions" - pompeusement baptisées "architectures de fils" - sont dignes d'un atelier couture d'une maison de quartier ! Dans ce cas, quel intérêt pour Laval de les posséder ? Pourquoi dépenser 1 699 € ? Ne sommes-nous pas dans une passe financière difficile, comme le prétend si souvent le "futur député" Philippe Habault ?

J'ai trouvé la fin de votre intervention pour le moins bizarre... J'ai en effet laissé sous-entendre que la cause de cette demande de convention tiendrait au fait que Madame Lortet porte un prénom original et charmant, un prénom aussi cher à Chantal Goya qu'à Monsieur Pillon... Mais je ne vous en dirai pas plus. A vous de trouver...

Ensuite vous avez refusé de voter la "convention de partenariat "May'N Pass" avec l'organisme "Mayenne Tourisme". Oui, même si j'étais d'accord sur le principe je refuse catégoriquement de voir le mot Mayenne, qui nous réunit tous, écrit de la sorte !Pourquoi avoir choisi de le rebaptiser avec ce vocable publicitaire aussi laid ? Sommes-nous donc devenus trop idiots pour lire un mot de sept lettres ? On se plaint que les jeunes ne sachent plus écrire le français, peinent à lire le moindre paragraphe de quatre lignes et on leur offre des termes ridicules - et qui n'obéissent qu'à une seule logique : celle du moindre effort ! Je pense qu'il faut, dans ce domaine aussi, réagir.

Concernant la ZAC de la Gare, le grand projet de la mandature zocchettienne, vous n'avez point formulé de critique sur le fond mais vous avez tenu à faire deux remarques concernant la LGV. Oui, deux remarques qui, d'après moi, méritent d'être sérieusement prises en compte si l'on souhaite que cette ZAC soit un franc succès dans les années à venir pour l'activité économique de notre cité.

Je vous écoute. La première, c'est que je trouve le prix du billet de train TGV trop élevé. Beaucoup trop élevé. Et comme il continue d'augmenter d'année en année, je pose la question : qui pourra demain se payer un billet de train avec la LGV ? C'est bien beau d'aller à Paris en 1 h 10 mais à condition que cela ne nécessite pas un prêt bancaire !

Vous avez alors fait une petite digression concernant les bus... Oui, j'ai tenu à dire qu'il y avait eu cet été une autre façon de se rendre à Paris beaucoup moins coûteuse que le TGV : c'était de prendre le bus à la Gare de Laval à 9 h 50 pour arriver à Paris-Porte Maillot à 14 h, et ce pour moins de 20 euros ! Le problème, c'est que la ligne a été supprimée début septembre. Désormais, on ne peut plus partir pour Paris qu'en fin d'après-midi, ce qui n'est pas satisfaisant. J'ai demandé au maire d'agir auprès de la compagnie concernée - "Ouibus" - pour tenter de remettre la ligne du matin en place.

Revenons à la seconde raison qui fait que vous ne partagiez pas l'enthousiasme de François Zocchetto concernant la LGV. A entendre le maire de Laval, la LGV attirera les entrepreneurs parisiens chez nous comme les illuminations de Noël les touristes. Je ne le crois car la fiscalité française est infiniment trop élevée. Nous vivons de plus en plus dans une société d'assistés où il est trop souvent plus intéressant d'être un salarié qu'un entrepreneur, ou de rester chez soi à ne rien faire plutôt qu'à travailler pour un salaire modeste. Et que dire de des futurs "migrants" à venir, qui seront nourris, logés, blanchis, soignés aux frais des contribuables vaches à lait ?

Je crois donc, ai-je conclu, que ce grand projet de la ZAC ne sera bénéfique à Laval que si une autre politique nationale est menée, une autre politique qui demande à la SNCF de baisser ses tarifs et qui, première priorité, arrête illico presto la pompe migratoire ! Car si la situation continue de se dégrader comme elle se dégrade actuellement de jour en jour, personne ne voudra venir travailler à Laval et les Lavallois bouderont le quartier de la Gare, comme le centre-ville du reste.

Pour le reste, j'ai trouvé ce conseil municipal plus ennuyeux que les autres, surtout quand il a fallu se coltiner quatre rapports annuels 2015 quasiment à la suite ! Je pense comme vous et ai dû lutter plusieurs fois contre les assauts de Dame Sommeil, ce qui ne m'était jamais arrivé depuis avril 2014 ! Pour info, je rappelle que nous avons d'abord commencé par les rapports annuels d'activités 2015 des délégataires du service public du stationnement puis du chauffage urbain. Ensuite, et toujours avec l'adjoint Bruno Maurin au micro, nous avons eu droit au rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'élimination des déchets ménagers et assimilés puis à celui de l'eau potable et de l'assainissement. Je tiens à préciser que Bruno Maurin n'est pas en cause, qui s'exprime avec beaucoup d'aisance, surtout quand il s'agit de brasser du vent ! Quel pipoteur de première classe, ce Maurin ! Et, chose exceptionnelle, toujours excité (ou feignant de l'être ?) quand il s'agit de dire que la Ville respecte telle ou telle norme technique ou je ne sais quelle directive administrative en vigueur !

En tout cas, à l'âge qui est le sien, quatre rapports coup sur coup dans la même soirée, bravo l'artiste ! [rires] Oui, celle-là je l'ai faite sur Twitter ce matin. Mais, si brillant causeur soit-il, ce qu'il nous explique est tout de même, le plus souvent, incroyablement ennuyeux !

Ce n'est pas ce que pense Monsieur Gourvil qui, lui aussi, se pourlèche les babines dès qu'on évoque le tonnage des déchets verts ou le volume d'eaux usées traitées par la station d'épuration ! Ces deux personnages sont incroyables ! Ils sont aussi le reflet de l'époque actuelle qui ne pense plus qu'à la technique ! Aux mises aux normes. A la circulaire machin chose ! Alors que la France est envahie par des étrangers qui osent la narguer ouvertement, que les petits écoliers n'apprennent plus rien de solide car les adultes ne savent plus eux-mêmes qui ils sont, que les couples continuent de se séparer à la vitesse grand V, que l'islam voile de plus en plus de jolies femmes, que les indépendants ne peuvent plus payer leur RSI, etc. ces deux techniciens jouissent littéralement en nous donnant des indications qui, dans une société à l'ancienne, auraient été expédiées en deux temps trois mouvements...

Vous leur avez dit, d'ailleurs. Oui, je n'ai pas pu m'en empêcher ! Car je trouve incroyable qu'on parle autant de détritus, de poubelles, de "tri sélectif", etc. Ces sujets m'ennuient, je l'avoue. Et, dans ma jeunesse, le seul chiffonnier-ferrailleur que je j'aie connu et pas mal fréquenté mettait, lui, un point d'honneur à ne jamais s'étendre sur son métier car il considérait qu'il ne méritait pas qu'on l'évoquât dans les grandes largeurs... J'avais travaillé chez lui pendant l'été 83 ou 84, et nous avions tous les deux beaucoup parlé de son job, qu'il aimait par ailleurs beaucoup. Mais c'était un autre monde, nous avons changé d'époque...

J'allais vous le dire, et vous devez vous adapter à celle que nous vivons.  Jamais ! Du moins je l'espère. Cependant, ces séances ennuyeuses me sont bénéfiques car elles me permettent de remercier le ciel de ne pas être à la place de Monsieur Zocchetto qui, lui, doit s'en farcir des dizaines et des dizaines au sénat ou ailleurs toutes les semaines ! Dieu que cela doit être pénible ! Comme disait Anna de Noailles : "Qu'est-ce que tout cela qui n'est pas éternel ?"

Vous oubliez combien les politiciens gagnent tous les mois pour supporter toutes ces conférences, causeries, réunions, séances de travail ! Oui, vous avez raison : pour 10 ou 20 000 euros par mois (ce que gagne vraiment un parlementaire), on doit être prêt à avaler bien des couleuvres et à passer la plupart de son temps à s'ennuyer (pour rester poli). Enfin, quand on vit ce qu'on a vécu hier soir, on se dit quand même que la pauvreté a du bon...

Ce sera le mot de la fin, en attendant de vous retrouver prochainement pour parler de votre probable candidature aux législatives 2017 sous l'étiquette droite nationale...  Si vous le souhaitez, cher Bois-Renard car j'espère bien pouvoir être candidat afin de porter les couleurs de la droite nationale en Mayenne. Merci et à bientôt !

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

2017  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates