logotype

Laval Agglo (22/12) : RESF, budget 2015, Chambord...

Lundi dernier, François Zocchetto a débuté la séance du conseil communautaire en évoquant l’entrevue qu’il venait d’avoir dans le hall de l’hôtel de ville, avec des représentants du Réseau Education Sans Frontières. Oui et cela a donné lieu à une séance d’hypocrisie assez consternante jouée par tous les élus du centre, de la droite molle et de la gauche Chambord ou écologique.

Vous êtes intervenu pour dire que vous aviez une autre façon de voir les choses. Evidemment ! Je ne pouvais pas laisser passer une telle comédie ! Car je pense – et ai toujours pensé - qu’accueillir toute la misère du monde en France est une décision contraire au bon sens, une décision idiote et, plus grave, mortelle pour notre pays, notre peuple, notre culture, nos enfants, nos libertés : les pauvres sont des milliards dans le monde, des milliards prêts à venir chez nous si la porte est grande ouverte. Il faudrait quand même un jour que les bobos de RESF finissent par comprendre cela !

Précisons quand même pour nous requinquer que seule « l’élite » politico-médiatique du pays pense que nous devons continuer d’ouvrir les vannes ad vitam aeternam à toutes ces personnes que nous ne pouvons ni secourir ni assimiler ! Dieu merci, les Français, dans leur immense majorité, pensent différemment de la clique UMPS qui nous gouverne si mal depuis si longtemps !

Vous avez aussi insisté sur l’hypocrisie des élus… Bien sûr ! Parmi les membres du conseil présents hier soir, personne ne veut concrètement accueillir chez lui le moindre pauvre – de surcroît étranger ! Et cela se comprend, c’est humain ! Il faut être un saint pour accomplir ce genre d’exploit ! Surtout si ces pauvres appartiennent à une autre religion que la nôtre, à une culture qui n'abandonne jamais la moindre de ses traditions, ce qui est le cas neuf fois sur dix si vous voyez ce que je veux dire... 

Vous avez parlé également des crèches et de Chambord... Oui, j’ai relevé l’incohérence qu’il pouvait y avoir entre les propos larmoyants des élus et leur refus d’installer des crèches dans nos cités, de peur de déplaire aux musulmans qui effrayent la population, surtout en ce moment... Car quand on tient des propos comme ceux d’hier soir concernant "l’accueil de l’étranger", on ne devrait pas hésiter à placer des crèches partout ! Y compris dans les halls de bâtiments publics ! En clair, en France, on veut bien défendre les plus pauvres mais pas au nom du catholicisme !

Et Chambord dans l’histoire ? Je venais d’apprendre quelques minutes avant le conseil que notre collègue Garot venait de s’y faire pistonner sans vergogne par le couple Hollande-Royal ! J’ai alors suggéré que ce donneur de leçons professionnel loge dans son « nouveau » château tous les enfants malheureux de la planète ! Il a de la place à revendre, non ?

Que vous inspire cette nomination ? Un profond mépris pour la "Ripoublique" (ou "Raie publique"), pour être sincère. Je vous l’ai déjà dit : il s’agit, pour Garot, d’une promotion due uniquement aux relations que le "fils à Georges Garot" entretient depuis des années avec la Ségolénitude du Poitou et son ancien concubin, le pitoyable François Hollande qui nous tient lieu de président de la République depuis deux ans. Car, soyons sérieux une minute, quelle légitimité M. Garot peut-il bien avoir pour présider le conseil d’administration du domaine national de Chambord ?  Je l’ai twitté mardi matin : Garot à Chambord, c’est Hollande au Vatican, Taubira au Crazy Horse et Sarkozy à l’Armée du Salut ! C’est incohérent ! Car il y a de nombreux Français infiniment plus qualifiés que lui pour présider ce joyau des châteaux de la Loire.

Des gens qui connaissent à la fois la chasse, l’histoire de la Renaissance, le tourisme et qui, surtout, sont des gestionnaires avisés… Oui, contrairement à M. Garot, qui a géré Laval et l’Agglomération en dépit du bon sens. Et qui ne connaît rien, ou presque, à la chasse, au tourisme, à l’histoire de la Renaissance et, je le répète, à la gestion d’un domaine. Tout cela est grotesque, pitoyable et sent – Dieu merci – la fin de règne…

Notez qu’il insiste sur le caractère "bénévole" de cette nouvelle fonction… Laissez-moi rire ! Il profitera à fond de cette nouvelle promotion pour inviter à Chambord nombre de personnalités susceptibles de faire avancer sa carrière d’ambitieux sans consistance. Du reste, comment un type qui est déjà député et, de surcroît, rapporteur d’une mission parlementaire peut-il trouver le temps de présider un domaine aussi important que Chambord ? Cela veut donc dire que son mandat de député, c’est du bidon ? C’est vraiment du grand n’importe quoi et les Français, excédés de payer pour ces gens-là, l'ont perçu. Ils le lui feront de nouveau payer tôt ou tard dans les urnes…

Vivement que ce genre de politicien débarrasse le plancher… Je l’espère. Pour ce faire, il convient de voter FN aux prochaines élections départementales, régionales, etc.

Vous pensez vraiment que le FN est la solution ? Je pense que le FN est, de tous les partis, le « moins pire », le « moins mauvais », autrement dit : le « meilleur de tous ». En tout cas, c’est celui qui propose les seules solutions qui vaillent pour que la France puisse retrouver le chemin de l’indépendance et lutter efficacement contre l’invasion migratoire qui finit par étouffer la moindre de nos traditions. C’est aussi le seul qui défende le Français de souche, le seul qui ait promis d’abroger la loi Taubira. Mais cela n’est pas le sujet du jour, cher Bois-Renard...

Vous avez raison, revenons au conseil communautaire où vous êtes longuement intervenu pour critiquer la gestion des ressources humaines de M. Garot justement, entre 2008 et 2012, gestion épinglée par la chambre régionale des comptes. Etant un farouche partisan de la baisse des charges de personnel dans les collectivités locales, je me suis en effet tout particulièrement intéressé à la partie « gestion des ressources humaines » contenue dans ce rapport de la chambre régionale des comptes.

Et alors ? Sans surprise, j’y ai lu ce que de nombreux citoyens savent déjà, à savoir que la gauche a les yeux de Chimène non pour les Français de souche qui souffrent du chômage ou de l’immigration tapageuse et casse-bonbon mais pour ses chers fonctionnaires, qu’elle considère comme la crème de ses électeurs privilégiés…

C’est pourquoi, entre 2008 et 2012, l’ancien ministre Garot a-t-il scandaleusement accru les charges de personnel : 25% de hausse en quatre ans ! Exactement ! Et cette augmentation ne tient pas seulement compte de la hausse des effectifs (qui, apprend-on page 38, dépasse les 11%) mais également des promotions à la fois rapides et juteuses…  

Que voulez-vous dire par « promotions rapides » ? La chambre nous apprend que l’avancement d’échelon, durant la période Garot, était accordé systématiquement à la durée minimale ! » Autrement dit, l’ancienneté et, plus grave, la valeur professionnelle de l’agent n’étaient point déterminants !

Et par « promotions juteuses » ?  La chambre nous apprend que le taux de promotion de grade a été porté au maximum permis ! En clair, cette politique menée par M. Garot ne peut que donner raison à tous ceux – nombreux et de plus en plus agacés - qui pensent que la vie de fonctionnaire, en 2014, est, quoi qu’on dise, un long fleuve tranquille, en particulier à Laval Agglo…

La chambre souligne aussi le fait que cette façon d’agir de la part des politiques est mauvaise. Oui. Elle est mauvaise pour les finances publiques car ces deux stratégies à visée électoraliste augmentent fortement la masse salariale !

Forcément, puisqu’il y a de plus en plus de hauts gradés qui coûtent cher aux contribuables et ce jusqu’au dernier jour de leur retraite ! Oui. Et elle est mauvaise pour le management aussi, car comment en effet motiver les meilleurs éléments si les moins enthousiastes – pour rester poli - grimpent aussi rapidement qu’eux au cocotier des promotions ? De ce fait, toujours d’après la chambre, l’autorité territoriale se prive d’un instrument essentiel de management ! Et démontre qu’il n’y a aucune Gestion Prévisionnelle des Emplois, des Effectifs et des Compétences à Laval Agglo.

Les résultats de ce mauvais management sont également pointés du doigt et le rapport fait état de trois fortes augmentations pendant la période Garot. Il y a en effet une forte augmentation du nombre des accidents du travail (ceux de 2012 furent trois fois supérieurs à ceux de 2008) ; une forte augmentation  – 19% - du nombre d’agents ayant connu un arrêt pour maladie ordinaire ainsi qu’une forte augmentation du nombre de jours non travaillés en raison de ces maladies – plus de 40%.

Bravo Garot, bravo Monsieur l’ancien ministre ! Mais malgré tous ces mauvais points en matière de management, que croyez-vous qu’il arriva aux principaux responsables de cette administration fort bien rémunérés pour gérer les hommes de l’agglo  ?

Des sanctions ? des rappels à l’ordre ? une éviction, peut-être ? Nenni ! Un cadeau royal leur fut tout récemment offert lors du dernier conseil communautaire approuvé par nombre des actuels conseillers municipaux : des pleins d’essence gratos en veux-tu en voilà pour leurs limousines de fonction, y compris pendant les vacances, et avec kilométrage illimité s'il vous plaît ! J'espère au moins qu'ils mettront sur pied un covoiturage avec leurs collègues les moins fortunés !

Je me souviens que nous avons déjà évoqué ce scandaaale.. Oui mais j’avoue qu’à la lecture de ce rapport je me suis dit que ces responsables méritaient un autre cadeau pour Noël. Un cadeau plus modeste et, surtout, plus utile que celui que le Président Zocchetto leur a offert : un stage – gratuit – de management des hommes au sein d’une collectivité territoriale...

J’ai su aussi en lisant le Ouest-France du mardi 23 décembre que vous n’aviez pas voté le budget, que vous aviez préféré vous abstenir bien qu’il allât dans la bonne direction. Exact. Cette abstention tient à trois mesures symboliques prises par M. Zocchetto, mesures qui viennent - hélas ! - gâcher le tableau général : l’augmentation des indemnités des vice-présidents, l’attribution de voitures de fonction avec kilométrage illimité aux trois plus gros salaires de la collectivité et aussi le refus de baisser la Cotisation Foncière des Entreprises.

Vous auriez souhaité que l’équipe en place baissât le taux de la CFE ? Oui, ne serait-ce que symboliquement ! C’eût été un excellent signal indiqué à ceux qui n’en peuvent plus d’exercer des responsabilités pour se payer de l’essence pendant leurs vacances – quand ils peuvent encore en prendre ! - et à tous les jeunes qui se demandent s’ils vont ou non quitter la France prochainement – non pour se former au djihadisme assassin – mais pour satisfaire leur soif d’entreprendre…

Vous avez ensuite critiqué une dépense incroyablement élevée par les temps qui courent… Oui, une étude concernant la prospective sur l’agriculture sur le territoire de Laval Agglomération facturée, à Laval Agglo et à la Chambre d’Agriculture, 40 000 € si l’on en croit le rapporteur Environnement, Marcel Blanchet, ou à 48 000 €, d’après Bruno Maurin, qui l’a présentée dans le budget. Scandaleux !

Qu’avez-vous dit ? J’ai préconisé que ces deux partenaires trouvent un journaliste spécialisé en agriculture – ça existe ! – et qu’ils lui proposent d’interroger toutes les personnes susceptibles de donner un avis pertinent sur la question. Ma tête à couper que l'homme idoine sera tout content de faire le travail pour un prix variant entre 5 000 et 10 000 euros. Je pense en effet qu’il est urgent de radiner pour ce genre de travail car toutes ces études, pour intéressantes qu’elles soient, viennent dix fois sur dix rejoindre la pile de celles réalisées les années précédentes…

Ensuite vos critiques ont essentiellement concernées le style de certaines délibérations, un style intolérable de prétention politiquement correcte. Oui, il y a d’abord eu une expression qui m’a sidéré concernant la délibération du nouveau règlement relatif au règlement intérieur des aires d’accueil pour les gens du voyage.

Quelle expression ? Laval Agglo nous informe qu’elle a utilisé les services d’un cabinet d’avocat pour – je cite, attention les oreilles !- « réaliser une réécriture plus sécurisée juridiquement » !!! Un homme normalement constitué écrirait simplement : « écrire un texte conforme à la loi ». Mais c’est surtout la délibération concernant le Plie (Plan Local d’Insertion par l’Economie) qui m’a le plus agacé ! Car elle contient pléthore d'expressions qu’on ne peut supporter stoïquement !

Lesquelles ? « Méthodologie d’accompagnement éprouvée » ;  « territorialisation plus forte de l’intervention par la mise en place de référents emploi » ;  « démarche collaborative locale de coordination de la relation avec les entreprises » ;  « montée en compétence des participants » ; « coordonnateur de parcours » ; « maintenir et enrichir la dynamique collective de gestion des parcours »… j’arrête là...

Que de baratin ! Oui et j'avoue avoir eu envie, en lisant ce protocole, de l’adresser à Fabrice Luchini, qui s’était taillé un énorme succès au théâtre il y a quelques années en montant un spectacle avec des textes de mon cher Philippe Muray…

Oui, je me souviens de ces textes qui permettaient de se moquer de la novlangue d’aujourd’hui, de tout ce discours pondu par des technocrates qui essayent par des mots creux et prétentieux de cacher la misère actuelle de la formation, de l’éducation, notamment. Ce qu’on résumait dans le temps par une expression peu ragoûtante je vous l’accorde : « peinture sur merde = propreté ». Ces choses dites, n’ayant ni le temps ni le poids politique suffisant pour améliorer quoi que ce soit à ce dispositif dont le comité de pilotage réunit pas moins d’une vingtaine de personnes, je me suis contenté de formuler une requête à Samia Soultani, qui s’occupe entre autres de ce Plie.

Laquelle ? Que le rédacteur du prochain protocole ait pitié de ses lecteurs et rédige le prochain protocole en trois pages au maximum avec le style que Stendhal chérissait, à savoir la sécheresse du code civil.

Pensez-vous qu’une telle critique puisse porter ? Je l’espère. En tout cas, un adjoint est venu me congratuler sur la question, un adjoint qui s’intéresse de très près à la littérature française en général et à Balzac en particulier. Il avait déjà trouvé fort de café le coup du "temps de pause de midi" transformé en "temps de pause méridienne"…

Et Samia Soultani, comment a-t-elle réagi ? Visiblement cette prose ne lui pèse pas sur le cerveau, hélas. Madame la vice-présidente est tout, sauf littéraire. Il faut dire aussi qu’elle a totalement intégré ce type de discours que privilégient tous les politiciens...

Je vous ai également entendu dire deux mots au président du Conseil général. Oui, je lui ai demandé ce qu’il comptait faire des grandes carottes du parc de Vaiges, qu’il avait vendu le matin même, nous a-t-il dit, à je ne sais plus quelle collectivité (Evron je crois). Je me suis permis de lui signaler que l’art contemporain ayant atteint un niveau extrêmement vulgaire, ces carottes pourraient peut-être être vendues comme « plug anal » et rejoindre – qui sait ? – la place Vendôme où officie, dans la haine systématique du Blanc, Christiane Taubira. Après tout, il faut - parfois - vivre avec son temps et nos carottes sont suffisamment explicites, non ? Je n’ai pas eu de réponse…

Ces points évoqués, merci pour vos affiches qui, dans Laval, souhaitent depuis quelques heures seulement un "joyeux Noël" à tous les Lavallois ! De rien, cher Bois-Renard, c'est la moindre des choses...

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates