logotype

JC Gruau, "les pissettes à Boyer", Cantat...

Bonjour JC Gruau, comment allez-vous ? Très bien.Et cette campagne électorale ? Excitante à souhait même si elle prend du temps, beaucoup de temps. Eh oui, j’ai l’impression que notre dernier entretien date de Mathusalem ! Certains lecteurs me l’ont reproché… Mais je leur ai répondu que nous devions mener de front – en plus de nos boulots respectifs - deux gros travaux sans l’aide de collaborateurs rémunérés et d’élus déjà en place (ce qui est le cas de Zocchetto & Boyer, qui sont des politiciens professionnels). 

Quels sont ces gros travaux, cher candidat ?  L’élaboration d’un programme susceptible de permettre aux Lavallois de mieux vivre chez eux, chez nous, à Laval. Et la constitution d’une liste de 55 noms : homme-femme-homme-femme…

Tiens donc, je pensais que c’était 45 noms ! Oui, c’est bien 45 noms qu’il faut pour constituer une liste (un scandale, trente suffiraient !) mais nous, nous en voulons dix de plus pour arriver avec un sourire grand comme ça devant la secrétaire de la préfecture qui entérinera notre liste avec le tampon de Marianne V. En ne récoltant que le quota exigé, on prend le risque d’être déconfit à la dernière minute par un désistement quelconque (maladie, pressions du beau-frère, etc.) La nature humaine et la diabolisation du F.N. étant ce qu’elles sont, mieux vaut être prudent dans ce domaine.

Ouest-France a pourtant titré sur ce sujet ce matin-même (12 décembre) Oui et ils ont même commis une bourde sur leurs affichettes situées aux quatre coins de la ville : « La Front national a sa liste. » Avec cet article au féminin d’aucuns y verront peut-être une petite pique : « l’affront national… »    

Est-ce tout mon général ? Non. Parallèlement, il nous faut faire parler de nous auprès des Lavallois. Cette réclame, nous la pratiquons de deux façons : tractage et communiqués de presse.

Le tractage, est-ce à dire que vous mouillez la chemise ! Et comment que je mouille ma chemise ! Mais je ne suis pas seul, loin s’en faut ! Nous avons  une équipe de bénévoles qui, sous l’autorité de l’infatigable Bruno de La Morinière (plus de trente ans de militantisme tous azimuts, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige sur la maison FN), peuvent, ou non, être des colistiers. Chacun y met du sien dans la bonne humeur franchouillarde et le partage d’idées communes que les grands partis du Système (UMPS) continuent de considérer – au mieux - comme « populistes ».

Oui, ça c’est un de leurs grands mots, qu’ils utilisent quand ils veulent discréditer un adversaire ! « Vous faites du populisme ! » ou « Vous êtes populiste ! »C’est en-dessous de « raciste » et « d’antisémite », bien sûr, mais ça vous plombe quand même dans certains milieux, médiatiques notamment… Exact. J’en parlais l’autre jour à un journaliste justement qui considérait que je m’abaissais en prenant en compte les critiques d’un Lavallois qui se plaignait devant moi du barouf fait par sa voisine (mot censuré par le Canard Enchaîné) tous les soirs de l’année. J’expliquais à ce journaliste que le « vieux » en avait ras-la-carafe d’entendre un gamin tambouriner chaque soir au-dessus de sa tête jusqu’à ce que la mère – « qui reçoit des hommes toute l’après-midi quand le gamin est à l’école » - décide de coucher son rejeton sur le coup d’une heure, une heure trente du matin... Je sentais que le journaliste m’écoutait avec une moue réprobatrice, non qu’il en voulût à (mot censuré par le Canard Enchaîné)  pour son comportement de femme mal élevée  – ah ça, non,! elle a tous les droits ! - mais il était agacé par les jérémiades de mon type… Je lui ai alors dit : "Tu vois, les grands partis du Système n’écoutent pas cet homme alors que nous, nous… le prenons sur notre liste ! "

Est-ce la solution ? C’en est une en tout cas ! Et si ce monsieur est élu au conseil municipal, ma tête à couper que ses problèmes de voisinage trouveront une solution rapide… Disons qu’ils seront entendus en haut-lieu et auront plus de chance d’être pris en compte… Ces problèmes de voisinage, qui ennuient considérablement nos élites mondialistes, pourrissent la vie de ceux qui les supportent : des gens modestes, le plus souvent. Je me mets à leur place et je bouillonne d’impatience car moi, j’ai des revenus modestes, certes : mais j'ai la chance de vivre dans une maison et d'avoir des voisins discrets. Le vrai luxe, il est là : le calme, la tranquillité quand on est chez soi. Je ne dis pas qu’il ne faille pas, parfois, faire la roumba en organisant des fêtes chez soi mais se faire chaque soir em. par des voisins qui - en plus - ne sont même pas de chez nous – et qui, à ce titre, devraient d’eux-mêmes se plier encore plus à nos lois-, je pense que c’est infernal !  

Revenons à votre seconde façon de faire de la réclame pour votre liste… Vous dites que vous rédigez également des communiqués de presse… Oui, sur les sujets qui agitent – quelques heures ou quelques jours – l’actualité. Il nous faut réagir et faire connaître nos points de vue.

C’est aussi pour ça que vos communiqués les intéressent car j’ai l’impression – partagée par nombre de personnes de mon entourage - que la presse fait son travail vous concernant alors que, ce n’est un secret pour personne, elle ne roule pas pour le Front National, loin s’en faut ! Vous avez raison, ils font, pour l’instant, leur travail. (Et JCG de montrer les deux articles du jour : l’un dans le Courrier – « Un colonel en charge de la sécurité » - et l’autre dans le Ouest-France – Jean-Christophe Gruau : « On a nos 45 noms ») Il est vrai que nos communiqués les intéressent, qui mettent un peu de piment dans une campagne, pour l’instant,  bien mollassonne… Disons qu’ils apprécient d’avoir un autre son de cloche, plus direct, plus populaire aussi…  

C’est ainsi que les Lavallois ont récemment appris que vous critiquiez les « pissettes à Boyer » - un terme que vous avez choisi,  j’imagine, par allusion à la « pissette à Pinson »…. Bien sûr ! Les « vieux Lavallois » le savent,  qui donnèrent ce surnom – encore employé - à la fontaine installée en 1977 place du 11-Novembre, après les travaux de rénovation du centre-ville menés par l’équipe du sympathique André Pinson. Boyer ayant un ego surdimensionné par rapport à son lointain prédécesseur (Pinson était très effacé, pas du tout flambeur), il a considéré qu’il lui fallait une quinzaine de jets pour entrer dans l’Histoire lavalloise !

Une quinzaine de jets, quel homme ! N’est-ce pas !

Que pensez-vous de ces « pissettes » ? Qu’elles ne s’imposaient pas et qu’elles nous coûtent cher, surtout en période de crise : 400 000 euros ! Mais Boyer a montré qu’il n’était pas à 100 000 euros près quand il s’agit de claquer l’argent des Lavallois pour conserver son poste de maire de Laval… Souvenez-vous de l’affaire Philippe Serre, quand le Drômois voulait caser ce bon professionnel à un poste tellement bidon que personne ne pouvait retenir son intitulé ! Bien sûr, il souhaitait recruter un fonctionnaire du PS au poste qu’occupe actuellement Philippe Serre ! Avouez que pour un type qui gagne des sommes énormes au ministère de la Fonction Publique comme porte-serviette de Marylise Lebranchu, c’est loin d’être exemplaire !

Je reviens sur les dépenses effectuées par Boyer. N’est-ce pas aussi la règle quand on se trouve en période électorale ? François d’Aubert avait bien fait venir chez nous Evelyne Dhéliat (photo de l'article) pour « illuminer », si j’ose dire, les illuminations 2000-2001 ! Oui, je me souviens. Une jolie femme cette Evelyne…

Oui. Surtout à l’époque… Enfin, la facture des « pissettes » est tout de même infiniment plus salée que le chèque qui avait été remis à la présentatrice de la météo sur TF1…

J’espère pour vous que les Lavallois sauront s’en souvenir au moment de mettre leur bulletin dans l’urne… Nous saurons le leur rappeler, comptez sur nous. De toutes façons, ce genre de coutume ne doit plus avoir cours. Nous sommes en crise – avec un taux de chômeurs phénoménal - et ceux qui paient des impôts en paient trop, beaucoup trop ! Les politiques doivent comprendre que la situation est gravissime et qu’ils ne peuvent plus tirer sur la corde sans prendre le risque de la voir s’enrouler un jour ou l’autre autour de leur cou…

Comme vous y allez ! Je crois que réellement, les choses risquent de mal se terminer si l’élite politique ne baisse pas pavillon, ne réduit pas son train de vie pharaonique… Ces gens-là, tout le monde le sait, vivent souvent comme des nababs. Vous savez, par exemple, qu’un député non réélu touche pendant six ans plus de 5 000 euros par mois ! C’est scandaleux ! Quand j’apprends des combines pareilles, j’ai envie d'acheter un buste de Lénine !

Revenons aux « pissettes à Boyer » : que pensez-vous du fait qu’elles vont tourner toute l’année ? Au risque de vous surprendre, je trouve ça dommage. Des « pissettes » pour Noël, pourquoi pas (si le prix le permet !) ? Mais des « pissettes » toute l’année, non ! Les « pissettes » c’est comme toutes les bonnes choses, il ne faut pas en abuser. Même les riches ne mangent pas du caviar tous les jours de la semaine, vous voyez ce que je veux dire. Il faut retrouver le sens de la rareté, de l’animation qui caractérise telle saison.

De plus, même si les « pissettes à Boyer » offrent un spectacle intéressant, je trouve qu’elles dénaturent la vue qu’on a de la rivière. Je rappelle aussi qu’il faudra débourser de grosses sommes pour leur entretien, la maintenance de l’installation…

Parlons du petit Jésus maintenant, que vous avez cité. La presse a indiqué que vous souhaitiez le retour d’une crèche dans le centre-ville… Cela me semble effectivement une excellente chose à l’approche de Noël, une façon de faire connaître à ceux qui l’ignorent l’Evénement que nous fêtons dans la nuit du 24 au 25 décembre : la naissance du  Christ-Rédempteur, dans une étable, entre saint Joseph et la Vierge Marie…

Sans oublier la vache et l’âne gris… Je vois que monsieur connaît ses classiques ! Oui, la naissance du Christ est un événement capital pour un Français qui s’intéresse à l’Histoire de son pays car la France s’est construite avec l’aide - hautement précieuse - de la religion catholique (conversion de Clovis, sacre des rois, construction de cathédrales sublimes...) Ensuite, les choses se sont un peu gâtées (je pense à la Révolution, à l’arrivée de la IIIème République maçonnique…) et les Français se sont montrés parfois farouchement opposés à la religion de « leurs pères ». A noter aussi – et ce n’est pas un détail - que la naissance de Jésus sert aussi de point de départ pour notre calendrier…  

Mais que penseraient les « laïcards » et certains catholiques-honteux de cette immersion du religieux dans leur cité avec l’argent du contribuable ? Ils penseraient ce qu’ils veulent ! Mais ne pourraient nier que nous vivons encore – Dieu merci mais jusqu’à quand ? - dans un pays où les catholiques sont majoritaires même si la culture liée à cette religion chute à la vitesse grand V malgré le fait – assez exceptionnel – que nous ayons actuellement deux papes en vie... Cette crèche dans le centre-ville serait une excellente occasion de remettre les pendules – culturelles - à l’heure. Autre argument : le Christ est un personnage unanimement apprécié. Qui n’oblige, de surcroît, personne à le suivre… C’est toute la grandeur de « notre » religion (la mienne, en tout cas) : on y « entre » et on « en sort » quand on veut, sans risquer de se voir bannir par ses frères. Toutes les religions ne peuvent pas en dire autant…

En clair vous êtes en train de me dire que, maire de Laval, vous remettriez la crèche dans le centre-ville ? Oui. Je me souviens qu’à l’époque de d’Aubert, des dizaines de milliers de Lavallois venaient contempler celle que la Ville louait – si ma mémoire est bonne - à des Provençaux. A l’entrée se trouvait un livre d’or dans lequel chacun pouvait écrire ce qu’il voulait et je peux vous dire que les centaines de messages que j’ai eu la chance de lire (en tant que journaliste municipal) étaient très favorables à ce genre d’installation. Cela tirait les gens vers le Haut.

Continuons votre « tour de presse », si j’ose m’exprimer ainsi… Vous avez signé la « Charte pour la Manif pour tous »… Bien sûr ! Mais là, j’avoue que la presse a fait le service minimum ! La presse dite de droite, j’entends, le Courrier de la Mayenne pour ne pas le citer. Du temps du « père Guébriant », grand défenseur de la famille s’il en fût,  j’aurais eu droit à un article copieux sur le sujet alors que là, quelques lignes seulement ont été publiées.

O tempora O mores ! C’est quand même important la famille, non ?

Et tous les modèles familiaux ne se valent pas, contrairement à ce que pense l’immense majorité des socialos qui, il est vrai, ont à leur tête un célibataire qui n’apprécie le mariage que quand il concerne les invertis !

Enfin, j’espère que ceux qui ont manifesté contre le Mariage pour Tous vous récompenseront d'avoir été le premier à signer cette charte... Croisons les doigts. Mais avec les catholiques, c’est toujours compliqué car ils ont souvent tendance à se méfier du F.N. J’en connais quelques-uns qui ne veulent pas entendre parler des Le Pen même si, en privé, ils reconnaissent que Jean-Marie, Marine et Marion ont raison sur la plupart des sujets.

A ce propos Marine Le Pen a été plutôt en retrait… Je crois que c’était en grande partie pour ne pas gêner la Manif Pour Tous à laquelle ont participé à chaque fois Bruno Gollnish et Marion Maréchal-Le Pen. Je vous rappelle qu’à ce jour seule Marine Le Pen a promis qu’elle abrogerait la loi quand elle arrivera au pouvoir. Dans ce domaine, ce ne sont pas MM. Borloo et Copé qui peuvent en dire autant car ils ont chacun exprimé leur satisfaction de voir le mariage offert aux invertis.  

Continuons cette revue de presse où l’on vous trouve vent debout contre la venue d’un chanteur, Bertrand Cantat ! Et comment ! Bertrand Cantat n’est pas n’importe quel chanteur ; c’est le parangon de vertu qui, après avoir cogné sur le FN à tout va, s’en est pris à sa compagne du moment, Marie Trintignant. Tout le monde se souvient du drame de Vilnius qui aurait dû condamner ce violent au silence éternel. Au lieu de cela, dix ans après les faits, non seulement ce donneur de leçons « antiracistes » remonte sur les planches mais il sera à Laval, en mai prochain, l’invité des Trois Eléphants !!!  Ce festival étant, en partie, financé par de l’argent public, il était normal que je réagisse. Et ce d’autant qu’une affiche géante est actuellement dans le centre-ville (sur le gros rondin du centre administratif) qui vante une exposition de photos dénommée « Femmes en Résistance ».

Sans compter que nous sortons de la journée nationale contre les violences conjugales ! A ce sujet, j’ignore si les féministes du coin ont l’intention de manifester mais si tel est le cas, à défaut de me joindre à elle, je les soutiendrai.

C’est vrai qu’on aurait pu entendre Sylvie Deslandes, adjointe aux discriminations et à l’égalité sexuelle, couiner sur le sujet ! Et comment ! Quand on voit le foin que cette adjointe surpayée avait fait pour dénoncer les petites culottes Sloggy présentées sur les murs de la ville dans une publicité inoffensive (c’était en 2008 ou 2009), on se dit qu’on vit vraiment une époque lamentable. Il est vrai que Cantat est un opposant au FN…

Bon, deux mots sur l’actualité locale maintenant. Que pensez-vous de la place de la Trémoille ? Qu’elle fera une excellente patinoire gratuite les jours de verglas et de givre. Qu’elle sera sûrement inondée les jours où il pleut comme vache qui pisse. Pour le reste, elle présente un intérêt esthétique évident. Une critique néanmoins : j’aurais apprécié qu’avant de soigner le sol, Boyer s’occupât de remplir, si j’ose dire, l’ancien Palais de Justice, lequel est aussi vide qu’une cervelle de téléphage…

Pour conclure, je répète ce que j’ai écrit pour « les pissettes à Boyer » : il y avait d’autres travaux à faire, plus urgents…  

Quoi par exemple ? Je ne vous le dis pas car cela sera dans mon programme… Ce n’est pas que je sois devenu méfiant mais enfin, nous approchons de la campagne, je veux garder pour nous certaines idées… N’oublions pas que nous sommes entrés dans une compétition et que nos adversaires ne sont pas nécessairement bienveillants à notre égard.

Disons qu’ils continuent de croire que vous ne serez pas sur la ligne de départ, début mars avec 45 noms. Oui, enfin… avec l’article de Ouest-France paru ce matin (11 décembre), je pense qu’ils ont compris : nous serons sur la ligne de départ et cela me réjouit, je ne vous le cache pas car certaines choses doivent changer. Et le conseil municipal doit devenir un lieu où toutes les opinions doivent pouvoir s’exprimer,  ce qui n’est pas le cas actuellement.

Mon petit doigt m’a dit que vous étiez allé hier soir à la réunion publique concernant la révision des documents d’urbanisme. J’ai su également en écoutant Radio Mayenne que vous aviez posé des questions à l’Intérimaire… C’est exact car j’ai décidé désormais d’assister autant que faire se peut – seul ou avec des colistiers - aux réunions publiques pour poser des questions aux autorités municipales. J’ai trouvé que Boyer s’exprimait convenablement mais qu’il n’était pas une bonne tête d’affiche car nous étions à peine une quinzaine si l’on fait abstraction des élus et des fonctionnaires concernés par le sujet traité (et qui doivent être présents dans la salle où officie le « big chef »). C’est faiblard pour un type qui se présente aux élections…

Mon petit doigt m’a dit que vous aviez posé des questions à Monsieur Boyer. Votre petit doigt est bien renseigné. Je lui ai effectivement demandé, entre autres, combien nous coûtait la fameuse passerelle que l’Intérimaire vante à longueur de temps. Sa réponse m’a sidéré : 4,5 millions d’euros ! Un vrai scandale ! Ce Boyer a beau être intelligent et habile, c’est vraiment un claqueur fou d'argent public !

Pourquoi dites-vous qu’il est "intelligent et habile" ? Parce qu’il a fait en sorte de pouvoir nous annoncer toutes les semaines des bonnes nouvelles jusqu’à fin mars pour séduire les électeurs qui n’aiment ni Zocchetto ni ma pomme. Il y a eu la rénovation de la place de la Trémoille, les ronds-points de la rue Crossardière, les 150 emplois sur 5 ans dans le domaine de la Réalité Virtuelle…

Et demain ? Demain, vous aurez les noms des deux grandes enseignes qui s’installeront en lieu et place de la librairie Chapitre et de l’actuel Office de Tourisme. Je suis prêt à prendre les paris. Je lui ai demandé de nous donner ces noms mais, forcément, il a refusé.

Ces bonnes nouvelles vous impressionnent-elles ? Aucunement car Garot et Boyer ont très mal géré la Ville de Laval dans l’intérêt des contribuables, les comptes administratifs en témoignent, comptes administratifs que mon équipe et moi-même avons sous les yeux depuis plusieurs jours après avoir déboursé plus de cinquante euros car, tenez-vous bien, Laval ne permet pas de visionner gratuitement ces comptes sur le ouèbe alors que de nombreuses communes autorisent ce genre de transparence démocratique !

Les comptes administratifs, bon sang de bon sang, on peut dire que vous êtes vraiment en campagne ! Exactement. Et je me suis souvenu que j’avais le même diplôme en poche que MM. Zocchetto et Garot : celui de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris alias Sciences-Po. Si je fournis ce genre de détail c’est pour signaler que les sujets les plus sinistres peuvent entrer dans ma cervelle, à condition, bien sûr, que je prenne le temps de les ingurgiter. En tout cas, une chose est sûre : l’augmentation des impôts de 2009 n’aura servi qu’à faciliter la vie du tandem que j’espère voir disparaître du pouvoir local dans quelques mois.  

C’était votre conclusion ? Elle convient parfaitement.

Une dernière chose, si je puis me permettre : sur la dernière photo de Ouest-France, vous n’êtes vraiment pas à votre avantage… Tant mieux ! Ainsi quand les gens me voient pour la première fois, ils se disent : « Tiens, il est plus beau en vrai que sur les photos… »

 

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates