logotype

JC Gruau veut baisser les impôts de 30%

Les têtes de liste pour la mairie de Laval ayant chacune eu droit à un entretien individuel dans les Courriers de la Mayenne d’octobre, j’ai demandé à mon candidat préféré de me dire ce qu’il avait pensé de tous ces articles :  «  JC Gruau, bonjour, on peut dire que le Courrier de la Mayenne s’intéresse de près aux municipales de Laval, n’est-ce pas ?

Oui. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet permettez-moi de faire une remarque qui n’aura pas échappé aux lecteurs les plus attentifs : seul le titre de mon interview concerne un programme, en l’occurrence la baisse draconienne des impôts que je préconise  – « Nous aurons une politique de radins » ; les deux autres titres, ceux de mes adversaires, concernent, eux, le principal reproche que leur adressent nombre d’électeurs : un côté arriviste et intéressé chez « l’Intérimaire de la Drôme » Jean-Christophe Boyer, et, chez le sénateur François Zocchetto, un manque évident d’enthousiasme et de punch pour conquérir la mairie de Laval.

C’est pourquoi le premier indique : «Je suis là pour servir Laval, pas pour me servir» (Tu parles, Charles !) et le second : «  Mon manque de motivation est une légende » (alors, dans ce cas pourquoi l’évoquer ?).

Qu’en pensez-vous ? Je trouve cela plutôt flatteur pour le « petit candidat » que je suis car à moi on ne me demande pas si je suis lavallois ni si je suis motivé ! On me demande ce que je ferais si j’étais élu maire de Laval et je réponds que je baisserais les impôts de manière importante : 30 % !

Mais le journaliste n’y croit pas une seconde ! Il dit que cela est infaisable ! C’est son droit de le penser car il sous-estime notre capacité à radiner dans tous les domaines qui ne sont pas indispensables au bien-être des Lavallois. Cette capacité que le journaliste n'a pas expliquée faute de place, peut s'exercer dans plusieurs domaines que nous développerons pendant la campagne. Il y a d’abord les subventions aux associations qui méritent toutes (ou presque) d'être revues à la baisse. Il y a également des dépenses de communication qui peuvent être facilement supprimées, je le sais, j’ai travaillé dans ce service pendant treize ans et peux affirmer qu'il y a beaucoup trop de documents ! Autre gisement d'économies possibles : lors de certains départs à la retraite, il n'est pas nécessaire de recruter un nouveau fonctionnaire car, parfois, le remplacement peut être effectué en interne par un collègue qui n'était pas nécessairement bien occupé à son poste...

Mais encore… Il y a les dépenses de cabinet qui sont, j’en suis certain, excessives. Il y a aussi des « événements » dits culturels ou des animations qui peuvent être annulés ou reportés car, au final, ils n’attirent pas la foule des grands jours et n’élèvent ni l’âme ni l’esprit.

Là vous y allez fort, non ? Non. Quand je lis dans la presse que telle manifestation a été un franc succès avec 3 000 personnes présentes, je pense immédiatement au fait qu’il y en a eu 47 000 qui ne se sont pas déplacées ! Eh oui, 47 000 ! Pourquoi n’abandonnerait-on pas certains événements qui ne le sont pas ? Vous croyez vraiment que les gens seraient plus malheureux s’ils avaient un calendrier des réjouissances moins garnie ? Les réjouissances coûteuses doivent être moins nombreuses, et tant pis si certains artistes - ou pseudo-artistes- font une tête d'enterrement en apprenant que leur prestation est renvoyée aux calendes grecques !

Bref, vous aurez une politique de radins... C’est en effet une obligation que tous les élus de France et de Navarre devront respecter lors de la prochaine mandature. On voit bien que le pays ne peut plus continuer sur cette pente. Les contribuables en ont marre de payer et de constater que ceux qui gèrent les finances publiques ne les entendent pas - ou trop peu- et continuent, pour nombre d'entre eux, de s'enrichir. J’ignore si vous vous en rendez compte mais nous nous acheminons vers un grand ras-le-bol violent et généralisé… Surtout avec le Président Normal qui nous gouverne si piteusement, si lamentablement au sommet de l'Etat ! On est au bord de la crise de nerfs...

Je suis d’accord. Mais citez-moi encore une économie possible, comme ça, "juste pour le fun"... Prenons un cas précis qui, bien sûr, concerne le poste et non les hommes qui l’occupent l’un après l’autre. Trouvez-vous normal que Boyer ait deux chauffeurs pour se déplacer en ville ?

Hein, quoi ? Boyer dispose de deux chauffeurs ! « Mais c’est un scandaaaaaaaaaaaaaale ! » comme disait feu Georges Marchais ! Des gens charmants, le problème n'est pas là, mais qui seraient mieux employés en effectuant une fonction réellement indispensable. Si je suis élu maire de Laval, il n’est pas question que j’utilise les services d'un chauffeur ! Les chauffeurs payés par le contribuable, c’est bon pour le Président de la République et les ministres (et encore !). Pour des gens qui se déplacent dans Paris. Mais pas pour le maire de Laval ! J’utiliserai donc une voiture de service et je la conduirai moi-même. D’abord parce que j’aime conduire et déteste être conduit. Enfin parce que Laval n’est pas une si grande commune qu’il faille un chauffeur pour s’y mouvoir, y compris aux heures de pointe !

Mais toutes ces économies que vous évoquez, vous pensez que cela peut-être suffisant ? Je le pense, oui, car les petits ruisseaux font les grandes rivières. Je pense aussi qu’il est plus que temps de couper certains robinets à finances publiques sinon tout va nous tomber dessus un de ces jours (j'insiste). Je répète que notre liste peut se permettre de prendre des mesures impopulaires dans ce domaine, comme la baisse des subventions aux associations par exemple, car nous n'avons rien promis à Pierre, Paul, Jacques. Seul l'intérêt des Lavallois nous intéresse ! Et non la carrière et/ou les intérêts de Pierre, Paul, Jacques (encore eux !) Je signale également que notre liste n’est - bien sûr - liée à aucune coterie, si vous voyez ce que je veux dire...

Très bien... A ce sujet, je vous livre un scoop dont ne parleront sans doute pas les journalistes dont les patrons sont peut-être concernés au premier chef : nous serons la seule liste 100% non-maçonnique de cette campagne. Une prouesse, non ? Mais nous ne dénoncerons pas nécessairement les "frangins" des autres listes...

Dans ce domaine, là encore, vous vous distinguez de vos concurrents. Je veux, mon neveu ! Car nous partons du principe que le pouvoir politique en général et à Laval en particulier a besoin d'un grand coup de balai ! Pour ce faire, il faut des gens neufs, nouveaux, avec des convictions fortes et qui n'ont pas peur de prendre des décisions frappées, comme on dit, au coin du bon sens. Les décisions que le bon peuple réclame. Or, dans ce domaine, plus un individu s'élève dans la hiérarchie sociale plus il perd son bon sens, et moins il peut agir efficacement pour le plus grand nombre. J'ai constaté cela cent fois : les gens qui ont "réussi", il n'y a plus rien à en attendre ! (Hormis quelques pistons pour faire un stage dans telle enseigne !) Car ils sont en permanence en train de surveiller la bonne tenue de leur réussite sociale comme le lait sur le feu. C'est pourquoi, après avoir été souvent brillants dans leur jeunesse, ils se contentent, la réussite venue, de tenir des propos politiquement corrects, fades, creux, à la mode. Sans intérêt. Quant à changer le Système, pas question ! La soupe est (trop) bonne ! Regardez des types comme Debré au Conseil constitutionnel ou Delevoye au Conseil économique, social et environnemental. C'est assez pitoyable comme fin de parcours, non ? 

Revenons aux impôts. A aucun moment Boyer ne parle de les baisser ! Quoi de plus normal pour un socialiste ! Car le socialiste sait ne savoir compter que sur les impôts, en grande partie pour maintenir son train de vie. A ce sujet, avez-vous déjà rencontré un socialiste sans le sou ?

Non, pas depuis le début des années 80. Mais puisqu’on parle impôts, Zocchetto lui-même, grosse surprise, n’a rien laissé entendre d'encourageant dans ce domaine… Non. Et il a prononcé cette phrase qui a glacé nombre de contribuables locaux : «  Je ne sais pas si nous pourrons les baisser, mais nous étudierons la question. » Incroyable ?

Oui, j’ai lu et je me suis dit que vous étiez assez taquin pour lui envoyer un petit mot de remerciement pour les électeurs qu’il vous a ainsi offerts sur un plateau… J’y ai pensé mais je ne souhaite pas remercier un homme qui refuse de nous rencontrer, un homme qui préfère prendre le risque d’être battu par les socialistes plutôt que de faire équipe avec nous ! Comme si nous étions des parias, des gens infréquentables ! Quand je pense que nos parents respectifs sont mari et femme ! Il y a vraiment de quoi écrire une pièce de boulevard ! Enfin, je vous rassure dans ce domaine : son père est tout ce qu'il y a de plus charmant avec ma mère, qui le mérite bien... Leur entente à eux, est une réussite. Et cela dure depuis dix ans !

A ce sujet, j’ai cru comprendre que vous aviez juré à votre mère que vous ne feriez pas de politique avant qu’elle n’ait quitté ce monde… C’est vrai que j’ai dû prononcer une pareille phrase à la fin d’un repas peut-être légèrement trop arrosé, il y a de cela quelque trente ans... Mais la situation en a décidé autrement. Et je n’ai pas la mentalité du Prince Charles qui attend toujours que maman Elizabeth lui donne le feu vert. Ma mère étant désormais au centre (après de longues années à droite), je me suis senti libéré de cette « promesse » ! Mais il est vrai que si je suis en piste aujourd’hui – et ravi d’y être ! – c’est à cause du fils aîné de son mari ! S'il avait accepté la main tendue de Bruno de La Morinière... Mais j’arrête là mes petites histoires familiales qui n’intéressent qu’une dizaine de Lavallois…

Je reviens à la réaction de votre « brother » Zocchetto sur les impôts. Plutôt curieuse, non ? Non. C’est une réponse de notable, de sénateur. C'est le problème des politiciens qui nous gouvernent : ils gagnent tant d’argent qu’ils ont perdu le sens des réalités… Or, la situation, cher Bois-Renard, ne peut que continuer à se dégrader à la vitesse grand V. Le nombre de chômeurs ne peut que monter… Mais il y a un problème, un énorme problème : il n’y a plus d’argent dans les caisses et les contribuables ne peuvent plus payer !!! Résultat : la dépense publique doit impérativement baisser. D’où, j'y reviens, nos 30%...

Vous y tenez vraiment à ces 30% ! Oui car il nous faut absolument effectuer une baisse que les contribuables puissent sentir, apprécier. On ne va quand même pas se battre pendant six ans pour faire baisser les impôts de 5%, non ? 30% nous semble un beau défi à relever. N’oubliez pas non plus qu’il nous faut envoyer des signaux encourageants aux jeunes qui souhaiteraient (venir) vivre à Laval ! Garot et Boyer ont augmenté les impôts de 30%, nous voulons les baisser d’autant ! A chacun ses objectifs…

Vous attendez donc le prochain budget avec impatience ? Oui car c’est lui que nous allons étudier à la loupe – que dis-je, au microscope ! - en poussant des petits cris de joie chaque fois que plusieurs centaines d’euros pourront être supprimés sans que les Lavallois en souffrent dans leur vie quotidienne ! Ce budget 2014 ne sera pas le nôtre mais il servira de matrice en quelque sorte à notre politique de réductions des dépenses publiques.  Vous n’imaginez pas la joie que certains de mes colistiers auront à faire baisser ces dépenses ! Car curieusement, ces colistiers ont vraiment l’impression qu’il s’agit de leur pognon ! Mais il est vrai que ce ne sont pas des politiciens professionnels qui, comme on dit vulgairement, vivent sur la bête ! 

Bien sûr que j’imagine leur joie car je fais partie de ceux qui trouvent que les impôts sont trop élevés, beaucoup trop élevés, infiniment trop élevés. Oui. Et ils le sont d’autant plus qu’une grande partie des étrangers vivant en France ne paient rien ! Cette injustice n’est plus supportable pour un grand nombre de Lavallois qui commencent à ouvrir leurs yeux. Quand on sait que telle famille gagne facilement plusieurs milliers d’euros tous les mois sans rien payer alors qu’elle vient de débarquer dans notre Douce France, on finit par avoir la rage ! Surtout quand on a soi-même du mal à boucler ses fins de mois ! Je n'écris pas cela à la légère, croyez-moi. Car je ne compte plus le nombre de Lavallois qui, ces dernières années, m’ont parlé - entre autres - des tickets de cantine que certaines mamans venues d’ailleurs retiraient gratuitement, sous leurs yeux ahuris, au centre administratif !  

Comment expliquez-vous que les Français finissent par ouvrir les yeux ? Je pense que la crise, qui continue de s'étendre, finit par les rendre plus vigilants en matière de dépenses publiques. Puis il y a l'africanisation de la ville et, entre autres, les infos qu’on peut trouver sur l’Internet…

A propos d’Internet, je vous suggère d'arrêter l’interview maintenant afin que je mette en ligne vos paroles... Ah bon déjà ! Et moi qui avais encore tant de choses à vous dire, notamment concernant le maire de Laval ou encore la trahison de Sophie Lefort, qui a rejoint la liste de Zocchetto après nous avoir longuement expliqué, à Bruno de La Morinière et à moi-même, que, compte tenu de ses idées (elle est au MPF), de sa situation personnelle et de ses liens avec différents candidats, elle respecterait une neutralité bienveillante…

La prochaine fois, promis, on évoque ce sujet douloureux ainsi que le "mariage pour tous" et d’autres thèmes susceptibles d'intéresser les électeurs lavallois de droite. Comme vous le souhaitez, Monsieur le Marquis. Votre heure sera la mienne. 

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates