logotype

Quand JC Gruau parle de Samia, François, Jean et les autres

Petit tour d’actualité avec notre candidat préféré Jean-Christophe Gruau qui vient de découvrir dans le Courrier de la Mayenne de ce jeudi 29 août ce qu’il savait déjà : François Zocchetto se tâte pour les municipales, au grand dam de Samia Soultani. Laquelle est si pressée de partir au combat qu’elle lui donne un mois pour se décider sans quoi elle constituera « une liste ouverte à toutes les sensibilités de droite ». Cher candidat que vous inspire ce qu’on peut hélas qualifier de « non-événement » ?

Cher candidat que vous inspire ce qu’on peut hélas qualifier de « non-événement » ? Généralement, dans un couple, c’est Monsieur qui veut et Madame qui, arguant d’une migraine, essaie de gagner du temps… Dans le couple Samia-François ou François-Samia (selon les nouvelles normes socialisantes), c’est l’inverse ! Madame veut et Monsieur se fait tirer l’oreille… Plus sérieusement, il n’y a rien de nouveau sous le soleil et François Zocchetto témoigne une fois de plus de son inappétence pour la fonction de maire de Laval qui impose de serrer la louche du premier venu et de passer beaucoup de temps avec des personnes qui ne sont ni des maires, ni des conseillers généraux, ni des chefs d’entreprises ni  des professions libérales. En clair, être maire de Laval ce n’est ni être sénateur ni avocat d’affaires ! C’est être à l’écoute du premier venu et ne pas être avare de son temps. Pour un avocat d’affaires, vous savez très bien que le temps, c’est de l’argent !

En clair, Samia a plus de chance que François ? Samia seule, non, je ne crois pas. Pour différentes raisons, cette battante au sourire enchanteur n’est pas très appréciée par les centristes. Elle a un caractère très tranché et monte très vite sur ses grands chevaux, deux qualités que j’apprécie particulièrement mais qui donnent des hauts de cœur aux centristes de tous poils adeptes du style arthuisien et zocchettien. Disons que les gens disent aussi qu’elle n’est pas d’ici. Qu’elle n’est française que depuis quelques années, qu’il lui faut patienter encore un peu, etc. Rien que des banalités mais aujourd’hui, la moindre banalité sent le souffre…

Sa double nationalité franco-marocaine et sa religion jouent-elles un rôle dans cette absence de… fascination ? Joker. J’ai appris à être prudent sur toutes ces questions depuis que de plus en plus de personnes m’appellent « Monsieur le Maire ».

Non, sans blague, on vous appelle ainsi ? Oui, au départ, seul mon ami Bruno de La Morinière osait mais force est de constater que de nombreuses relations font désormais de même. Eh oui, il y a encore des gens qui ont de l’humour malgré les mauvaises nouvelles, l’ambiance qui règne un peu partout. Et je les remercie car ce titre un peu hâtif  m’oblige à me comporter comme si j'étais le maire de Laval, à savoir un homme posé et capable de prendre de la hauteur en toutes circonstances.

Avez-vous quelque chose à ajouter concernant les difficultés de Samia à convaincre François de se lancer rapidement ? Oui, l’UMP refusant tout accord avec le FN, Samia ment quand elle dit qu’elle serait prête à créer "une liste ouverte à toutes les sensibilités de droite". Car le FN est l’une de ces sensibilités, pour ne pas dire la seule… En clair, la liste que j’ai l’honneur de représenter est donc la SEULE liste de droite, la seule qui accepte toutes les sensibilités de ladite droite. Résultat : le voudrait-elle Samia est dans l’impossibilité de former une liste réunissant toutes ces sensibilités. Mais j’en reparlerai plus tard, auprès des médias. Je veux leur faire part prochainement d’une information qui, je l’espère, sera suivie d’effets…

Pour le reste, l’actu – comme disent les "journalistes" de Radio Mayenne ? Comme nombre de Lavallois, j’ai été attristé d’apprendre la mort d’un dynamique chef d’entreprises des Coëvrons et de sa femme, François et Gaëtane Leboube, lors d’un accident de moto. Je pense aux trois enfants qui, en quelques secondes, se sont retrouvés orphelins. Cela glace le sang et ne donne guère envie de faire de la moto en famille. Ce genre d’événement nous rappelle que, même en pleine gloire, nous ne connaissons ni l’heure ni le jour et qu’il faut "profiter" du moment présent…

Et le coup de sang de Jean Arthuis concernant l’accueil des mineurs étrangers isolés dans le département qui transforme l’aide sociale à l’enfance en filière d’immigration clandestine. Vous en pensez quoi ? Je pense que Jean Arthuis se réveille un peu tard et que sa réaction est liée aux Européennes que ce grand cumulard devant l’Eternel prépare pour continuer de travailler dans le pipo  mondialiste jusqu’à son dernier souffle. Néanmoins, même si la ficelle est grosse, j’étais évidemment d’accord avec son refus d’accueillir de plus en plus de « mineurs étrangers isolés » sur notre sol. Nous subissons actuellement une pression migratoire d’autant plus insupportable (pour l’identité de notre territoire et la sécurité des personnes et des biens) que la crise économique touche nombre de nos compatriotes qui - faut-il le dire ? - ne sont aucunement responsables de la misère qui règne dans certains pays ! De plus, alors que nous n’aurions dû accueillir que 4 mineurs entre le 1er juin et le 31 décembre 2013, nous en sommes déjà à 16 ! Ce qui veut dire, et Arthuis l’a fort opportunément signalé, que les juges ne font même pas leur boulot !  

Et que dire de la démission d’un Etat qui, de plus en plus, s’en remet aux associations humanitaires pour accueillir toute la misère du monde chez nous…

Vous voulez parler de la seconde colère centriste sur le sujet : le "halte-là" de François Zocchetto à l’extension des places allouées aux demandeurs d’asile dans l’agglomération lavalloise ? Oui, ces 30% d’augmentation sont le cadeau que l’ancienne préfète Orzechowsky nous a offert avant de quitter NOTRE département. J’ai tenu à indiquer dans la presse que cette mesure était un « mauvais coup » porté aux Lavallois qui, contrairement à cette dame aujourd’hui grassement rémunérée par le ministère de Guillaume Garot, trouvent que l’immigration a atteint chez nous un seuil de tolérance à ne pas dépasser. A l’heure où nombre de Lavallois se demandent avec anxiété sur quel budget ils vont devoir rogner pour payer leurs impôts et autres taxes diverses accrus par un gouvernement d’incapables, l’extension du centre des demandeurs d’asile à Laval sonne comme une véritable provocation.  Et, plus grave, comme  un appel d’air pour tous les demandeurs d’asile de la planète !

Pourquoi cette dernière remarque ? Parce que Laval – et cela ne date pas de cet été pré-électoral - est en passe  de devenir l’un des principaux centres de domiciliation postale des étrangers en situation précaire. Il faut savoir – et le Courrier de la Mayenne le rappelle fort justement – que des associations humanitaires comme « France Terre d’Asile » offrent à ces personnes la possibilité de se domicilier à son siège. Ainsi ces dernières peuvent-elles justifier d’un domicile sur le territoire auprès des services sociaux, entre autres. Et c’est ainsi que nous autres contribuables attachés à nos valeurs, nos coutumes, nos habitudes, payons pour des gens que nous ne souhaitons pas nécessairement recevoir chez nous en raison des grandes différences culturelles qui existent, différences qui, immanquablement, finissent par poser des problèmes de vie commune.

Je fais partie de ceux qui souhaitent que ce genre d’accueil soit interdit. Sinon l’équilibre humain jadis si cher aux Lavallois ne sera bientôt plus qu’un souvenir qui nous arrachera de grosses larmes…

Vous allez vous faire des amis à gauche avec de telles idées… Oh, dans ce domaine, vous seriez surpris de découvrir combien de gens de gauche sont sensibles à l'évolution de la situation migratoire à Laval, et ailleurs. Du reste, quand les gens me félicitent pour mon engagement je ne leur demande pas s’ils sont de gauche ou de droite, en fait cela m’importe peu. Je constate seulement qu’ils sont inquiets et qu’ils voudraient que le peuple – eux, moi, vous – soit consulté sur des sujets aussi gravissimes pour l’avenir de notre pays. Contrairement à ce que pensent les bobos de tous poils, les Lavallois sont beaucoup plus attachés à la transmission et aux permanences qu’on pourrait le croire. Y compris quand ils sont éloignés de la foi chrétienne...

Mais ils sont lents à la détente et nombreux sont ceux qui apprécient Guillaumette, pardon Sa Sainteté Ministérielle Guillaume Garot… C’est vrai et cela me fait penser à ces lignes de Renaud Camus que j’ai lues cet été et que je ne résiste pas au plaisir de livrer aux lecteurs qui m'ont fait l'honneur de me suivre jusqu'à ces lignes :

« C’est curieux, cet attachement des Français pour les hommes politiques comme les autres et pour les processus éprouvés : ce sont pourtant eux qui les ont mis dans la situation où ils se trouvent et c’est à cause d’eux que le phénomène le plus cataclysmique de notre histoire, le Grand Remplacement, n’est jamais désigné, jamais nommé, jamais appelé clairement par son nom. Il me semble qu’il serait grand temps de faire appel à des non-professionnels, qui auraient au moins le mérite de ne rien connaître aux différentes feintes et autres éléments de langage qui permettent depuis trente ans de faire comme si ce qui arrive n’arrivait  pas. »

Donc vous voulez rester un amateur ? Si être un amateur est ne pas, ne JAMAIS ressembler à ces politiciens qui passent leur temps à nous mettre dans la mouise tout en se congratulant et en jurant leurs grands dieux que la plus grande menace du pays est la montée de l’extrême-droite, alors, oui, mille fois oui : je veux rester un amateur, dussé-je gouverner le pays (mais sans Valérie Trierweiler). 

Cher candidat, il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte… On se revoit prochainement ? Votre heure sera la mienne. 

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates