logotype

Quand JC Gruau évoque l'affaire Philippe Serre

Dernièrement, l’Intérimaire Boyer a choisi de mettre au placard l’un des fonctionnaires les plus anciens et les plus compétents de la Mairie, le responsable des affaires de l'état-civil et des élections, Philippe Serre. J’ai voulu avoir l’avis du candidat Gruau, que j’ai croisé alors qu’il se rendait à la piscine Saint-Nicolas pour s’adonner aux joies de la natation. « Que pensez-vous, cher candidat,  de la mise au placard de Philippe Serre ? - Je la trouve choquante à plus d'un titre. D'abord, il s'agit de retirer à un fonctionnaire unanimement reconnu pour sa compétence une fonction exercée avec maestria depuis de nombreuses années.

Même si les cimetières sont remplis de gens irremplaçables, cette éjection est une stupidité : quand un type est bon à son poste, on le garde même s'il vous tape sur les nerfs pour des raisons politiques  ! Deuxième critique : en placardisant Serre avec un salaire équivalent à ce qu'il gagnait en travaillant vraiment, Boyer donne une très mauvaise image de la Fonction Publique : celle d'un corps où l'on peut être royalement payé à ne rien faire de ses journées ! Dans le contexte de crise économique actuelle, ce genre de décision peut se révéler explosive. Car Serre a hérité d'une direction aussi "péteuse" dans sa formulation qu'inutile dans les faits : prospective et observation du territoire. 

Allez, rions un peu, citez-nous la mission principale de ce nouveau service... Il est chargé de "rassembler et d'analyser de façon transversale, à l'attention de la direction générale et des élus, des éléments favorisant une approche stratégique et la cohérence de la mise en oeuvre de l'action municipale compte tenu des évolutions importantes du territoire lavallois". Courteline, réveille-toi ils sont devenus fous ! Vous avouerez que Boyer se moque du monde avec un intitulé pareil que seuls des énarques ou des communiquants peuvent comprendre.

Les chômeurs et ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts apprécieront... Il ne faut pas s'étonner, après des bidouillages pareils, que les fonctionnaires soient vilipendés ! Mais le plus incroyable est qu'une décision aussi grotesque émane d'un des "conseillers spéciaux" de la ministresse de la Fonction publique, Marylise Lebranchu. Il est vrai que la fonction de l'Intérimaire de Laval - fort bien rémunérée - doit être aussi utile que celle de Serre aujourd'hui...  Avouez que ce Boyer de la Drôme ne pense vraiment qu'à sa carrière et à son compte bancaire ! Avec lui, ce n'est pas seulement "Laval Ma Ville" mais également "Laval Ma Bourse" !    

Oui, c'est une honte, surtout pour un type qui ose se prétendre de gôche ! Cela montre ce que tout le monde sait déjà : ces politiciens de bas étage sont là pour se servir, y compris quand ils prétendent incarner le camp du Bien (la gôche). Oui, se servir. Ils peuvent donc tout se permettre avec l'argent que vous et moi gagnons à la sueur de notre front ! Enfin, quand les Lavallois sauront ce qu'il leur coûte tous les mois, les regards sur lui seront différents. De là à ce que certains lui demandent de rembourser... Mais il s'agit d'un autre sujet, que la campagne traitera en temps et en heure...

Revenons à Philippe Serre... Oui. L'autre point qui me choque est le côté mesquin de l'affaire : outre la souffrance morale infligée au placardisé, Boyer le met dans une situation de "planqué" aux yeux de la collectivité. Désormais quand on voit Philippe Serre entrer à la mairie on sait qu'il y va pour lire le journal, écrire des poèmes, dormir, lire un roman... Je sais ce que certains murmurent désormais sur son passage : "Profiteur du régime !" Les gens sont méchants, il n'y a que les types de gôche pour ignorer ce fait éternel. Bon, maintenant, la vérité impose de dire que Serre n'est pas un perdreau de l'année ni un Bisounours (pour employer un mot à la mode). Et le moins que l'on puisse dire est qu'il a des ressources pour résister à cette épreuve et tenir le coup psychologiquement...  Mais quand même, à quatre ans de la retraite, ce n'est pas glorieux de la part de l'équipe municipale en place...

Souhaitons-lui bonne chance dans son nouveau "non-travail" ! Moi je lui souhaite surtout de me voir arriver à la mairie en mars prochain car il retrouvera le poste pour lequel il est fait, celui qui donnait un sens à sa vie professionnelle il y a encore quelques mois. Si nous sommes élus, j'en prends l'engagement, il quittera illico presto le petit bureau du troisième étage que j'ai moi-même occupé entre mars et novembre 2008 quand les socialistes m'y avaient placardisé. En attendant, je lui souhaite "Bon courage l'ami !"

 

 

  

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates