logotype

CC du 23 novembre (II) : le DOB, les "punis" de Saint-Nicolas, les Régionales...

Poursuivons, cher JCG, votre compte rendu du dernier conseil communautaire où le Président, une fois de plus, vous a censuré alors que vous critiquiez le catéchisme écologique actuel. Si vous le souhaitez car il y eut d’autres échanges et notamment au sujet du Débat d’Orientation Budgétaire, plus connu sous son petit nom siglé de DOB.

J’allais vous en parler justement car, une fois de plus, l’Etat nous annonce que nous allons devoir nous serrer la ceinture ! Forcément ! Quand on voit le pognon que ce dernier accorde aux étrangers qui ne devraient pas y avoir droit (je pense à l’Aide Médicale d’Etat – la scandaleuse AME - qui fait qu’un clandestin est, chez nous, mieux soigné qu’un Français de souche qui paye ses cotisations depuis toujours !)… Quand on voit le nombre incalculable de parasites professionnels que nos impôts payent chaque jour à ne rien faire d’important, particulièrement dans les administrations… Quand on voit que l’invasion migratoire se poursuit à la vitesse grand V, etc. Quand on voit tout cela, je ne suis pas surpris que l’Etat verse de moins en moins d'argent aux collectivités locales !

Donc pour vous, l’argent public est mal géré ? Bien sûr ! Scandaleusement mal géré ! Pas besoin d’avoir fait dix ans d’études pour le savoir ! C’est du reste ce que j’ai dit au Président Zocchetto en citant quelques exemples…

Lesquels ? Quand le Président dit qu’il faut "maintenir la dynamique de territoire dans un contexte financier contraint par la maîtrise des charges", on ne peut qu'approuver cette formule mais… quand on aperçoit derrière lui les trois plus gros salaires de Laval Agglomération, qu'on jette un oeil objectif sur leur gros régime indemnitaire et qu'on se souvient que, par-dessus le marché, ils bénéficient d'une voiture de fonction qui peut les mener en vacances à nos frais où bon leur semble… quand on aperçoit ce genre de dépense, ai-je poursuivi, et qu'on se souvient que le Président, l'an passé, a augmenté les prébendes de ses vice-présidents pour qu'ils lui obéissent comme à un parrain transalpin... eh bien, on se dit que, malgré la baisse des Dotations Globales de Fonctionnement de l’Etat, le Président a encore de belles marges de progression devant lui dans le domaine de la limitation de la dépense publique. Les petits ruisseaux font les grandes rivières, ne l'oublions pas... 

En clair, vous êtes déçu par ce DOB… Oui, bien que je sois un petit, un tout petit petit contribuable, et que je n'ai ni goût ni talent particulier pour créer des entreprises rentables, j'avoue être déçu de voir que la nouvelle équipe au pouvoir n’a pas baissé les impôts… J’ai ensuite poursuivi mon intervention par des propos que les politiciens au pouvoir n’aiment pas entendre...

Lesquels ? J’ai indiqué au Président que la France était présentement envahie par des gens qui ne payent rien. Rien du tout, ni pour se loger, ni pour se nourrir, ni pour se soigner, ni pour aller à l'école, ni pour coucher à l'hôtel et qui, le plus souvent, nous détestent, crachent sur notre civilisation, notre culture... En regardant ce DOB, figurez-vous que je pense à tous ceux qui travaillent pour payer le train de vie des profiteurs que j'ai évoqués. Certes, ces payeurs ont, le plus souvent, très mal voté ces trente dernières années et ne récoltent que ce qu'ils méritent en matière d'imposition ! Mais quand même ! Trop c'est trop !, et il se pourrait qu'un jour ces forces vives baissassent les bras, et pas seulement à cause de la conjoncture...

Votre conclusion sur ce sujet ? J’ai dit au Président Zocchetto qu’il aurait dû serrer la vis de tous les services, abandonner d'autorité certains investissements, baisser les émolument de ses élus les plus haut perchés au sein de l'organigramme, tout, vraiment, tout mettre en œuvre pour que les impôts baissent ! Même symboliquement ! "Je sais, ai-je terminé à son attention, que vous allez me traiter de démagogue, d'amateur, d'irresponsable car vous avez certainement conscience d'avoir fait votre possible, tout votre possible. Mais si je me suis présenté à la tête d'une liste qui voulait absolument baisser les impôts, et les arrivées massives de populations inassimilables à la culture française, c'est parce que je pense qu'on ne réglera pas les problèmes de ce pays avec ceux qui les ont créés et qui ont tant d'obligations à droite et à gauche qu'ils ne peuvent pas vraiment agir à leur guise."

Je crois me souvenir que vous avez achevé votre propos de manière littéraire, en citant ce qu’a écrit dernièrement l'auteur préféré de son adjointe lavalloise à la sécurité Sophie Lefort, Philippe de Villiers, dans son dernier ouvrage qui caracole à juste titre en tête des ventes : « Le temps est venu de dire ce que j’ai vu ». Oui. J’ai cité les deux phrases suivantes, que je considère comme prémonitoires : « Nous sommes entrés dans le temps où l'imposture n'a plus ni ressource ni réserve. La classe politique va connaître le chaos. »

Il m’a semblé que vous avez également ajouté un petit poème de votre cru… Rien ne vous échappe, cher Bois-Renard ! J’ai effectivement terminé ainsi mon intervention :

« Et, si vous me le permettez,

Monsieur l'Président Zocchetto

Ce chaos ne s'ra pas freiné

en « auguementant » les impôts... »

Mazette, vous êtes aussi poète ! [rires] Il s’agit de vers de mirliton.

J’ai aussi beaucoup apprécié la remarque que vous avez lancée au Révérend Père Guillot (PCF) après qu’il eut parlé du peu de dynamisme qui caractérise certaines petites communes aujourd’hui. Vous lui avez dit, si mes souvenirs sont exacts, que le meilleur moyen de créer de la vie dans ces villages était de faire des enfants… Oui, et il m’a répondu – non sans fierté - qu’il en avait deux…

Résultat… Je n’ai pu résister au plaisir de lui lâcher un « Comme papa ! » qui l’a décontenancé pendant quelques secondes. Nous dire qu’il en avait deux, avouez qu’il m’a donné la verge pour le fouetter !

J’ai effectivement entendu des rires nerveux dans le public. Eh bien tant mieux ! Car, sincèrement, s’il y a bien un endroit au monde que je déconseille à ceux qui veulent s’amuser, c’est bien la salle du conseil les soirs où Laval Agglo se réunit ! Enterrement de première classe garanti !

Il y a quand même eu, à défaut d’humour, un peu plus d’animation que d’habitude avec la présence dans la salle de personnels de Laval Agglo directement touchés par l’harmonisation des régimes indemnitaires. Vous avez raison, et je suis intervenu sur ce sujet…

Qu’avez-vous dit ? J’ai commencé mon intervention en signalant que je ne conteste pas – loin s’en fait – la nécessité de revoir certaines rémunérations à la baisse dans les services publics car aujourd’hui force est de reconnaître qu’avoir un emploi à vie en France est un privilège, y compris si ce dernier ne vous donne par les moyens d’inviter vos proches à La Tour d’Argent une fois tous les cinq ans…

C’est vrai ! Ensuite j’ai abordé le cas des postes qui ont été touchés, en particulier ceux de la piscine Saint-Nicolas où il se trouve que je me rends depuis bientôt quinze ans plusieurs fois par semaine, ce qui me permet de savoir de quels agents je parle présentement - et de l’excellent travail qu’ils fournissent, le plus souvent sous mes yeux quand je ne les ai pas dans l’eau.

Vous avez discuté avec certains ? Oui, avec deux d’entre eux que je connais bien. Ils m’ont fait part de leur profonde déception et j’avoue n’avoir rien trouvé à redire à leur récrimination.

Que vous ont-ils dit ? La première chose qu’ils m’aient dite c’est qu’ils avaient rencontré Zocchetto pendant sa campagne électorale, que le candidat leur avait tout naturellement parlé de mutualisation (ça c’est bien, car c’est la vérité !) tout en leur promettant qu’ils ne seraient pas touchés au porte-monnaie par celle-ci (ça c’est moins bien, car c’est un mensonge !). Résultat : ils ont le sentiment d’avoir été bernés.

Est-ce à dire qu’ils ont voté pour lui ? Je l'ignore mais s’ils l’ont fait, ils ne le feront plus…

Ils auraient dû se souvenir de la phrase de Mossieur Charles Pasqua : « Les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent… » C’est exactement ce que j’ai dit… Avant d’ajouter que je leur donnais entièrement raison quand ils me disent que si baisse de pouvoir d’achat il doit y avoir, elle doit concerner tous les agents sans exception, y compris les moins bien lotis - de manière symbolique bien sûr - car il s’agit d’une cure d’austérité rendue nécessaires par une situation qui s’impose à tous ! Elle doit donc aussi concerner les plus hauts gradés de Laval Agglo qui, grâce au régime indemnitaire, ont des revenus qu’il convient de garder secrets si on ne souhaite pas fomenter une révolte de sans culottes qui… ne sortiront pas nécessairement des bassins de Saint-Nicolas !

Est-ce tout ce que vous avez dit sur le sujet ? Non. J’ai également signalé que cette baisse de régime était d’autant plus difficile à accepter pour les agents dont je parle qu’elle est en théorie réservée à ceux qui ont commis des fautes dans l’exercice de leur fonction, à ceux qui n’ont pas été à la hauteur de leur tâche ! Or, ce n’est pas le cas pour les maîtres-nageurs en question qui ne méritent pas d’être les seuls à payer la note !

Votre conclusion ? Je ne conteste pas des révisions à la baisse mais, pour qu'elles soient justes, il faut qu’elles s’appliquent à tous les agents.

C’est pourquoi vous avez voté contre cette délibération alors que vous vous étiez abstenu la semaine précédente quand elle était passée sous les yeux des élus de la Ville de Laval. Oui, car j’étais alors dans l’ignorance des faits que je viens de révéler.

Etes-vous intervenu sur un autre sujet ? Non.

Alors, nous pouvons nous séparer en nous disant : à bientôt !, car le prochain conseil est fixé le 14 décembre, après les élections régionales… A ce sujet, vous les sentez comment, ces Régionales ? Je ne les sens aucunement car, ayant été exclu du seul parti qui a longtemps trouvé grâce à mes yeux, je n’y participe en aucune manière. A mon grand regret car je n'aime pas l'inaction dans ce domaine... Or, je m'ennuie.

Je crois que cela intéresse surtout ceux qui ont une chance d’être élu et, ainsi, de pouvoir gagner une belle somme d’argent tous les mois sans avoir trop de travail à accomplir… On ne peut rien vous cacher… Ce qui m’intéresse, moi, ce qui me préoccupe surtout, c’est le suicide européen qui est actuellement à l’œuvre, ces millions de clandestins qui vont venir s’ajouter aux millions d’Européens de papier. Le reste, je ne dis pas que cela ne compte pas, mais enfin… Les Régionales, quels que soient les scores du « parti le moins pire que les autres », ne changeront rien à l’affaire : la France est sur une pente descendante et continuera de chuter. Et seule une greffe de paires de c. à l’ensemble des Français de souche ou Français français pourrait arrêter la gamelle…

Vous allez voter pour vos anciens compagnons d’armes ? Disons que je suis placé devant un dilemme, un choix cornélien car j’apprécie la tête de liste de la Mayenne, mon ami Bruno de La Morinière, mais ne supporte pas la tête de liste régionale, le sieur Pascal Gannat que je considère comme un faux-derche de compétition…

Il faut dire qu’il le porte sur lui ! Ah, ça, jamais physique n’aura mieux illustré le caractère d’un homme. Mais… je préfère me taire le concernant car les autres candidats me font encore plus horreur…

Nous n’avons guère le choix… J’avoue que je prendrai ma décision dans l’isoloir, si j’y vais…

Vous n’en direz pas plus ? Nenni ! Bonne fin de journée, cher Bois-Renard. A bientôt JCG !

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates