logotype

Quand Le Courrier de la Mayenne refuse de parler des "migrants"

Bonjour JCG, pourquoi avoir sollicité un entretien – si j’ose dire - en urgence alors que nous nous sommes déjà rencontrés hier pour aborder vos lectures d’été ? Parce que, ce matin, mardi 8 septembre, quelques heures après avoir lu les déclarations du député Guillaume Garot relatives à l’invasion migratoire, invasion que ce célibataire à plus de 10 000 € par mois considère comme une chance, une bonne nouvelle, un plus  pour la France, j’ai souhaité communiquer à la presse locale une réaction – forcément ! - en tout point contraire à la sienne.

Mais n’aviez-vous pas déjà twitté quelques gazouillis dès hier soir pour critiquer cet irresponsable qui ne connaît pas la vraie vie de ses concitoyens puisqu’il vit tout seul avec des moyens pharamineux (député, conseiller départemental, épargne constituée par ses émoluments de ministre, président de Chambord…) ! Si, bien sûr, mon sang n’avait fait qu’un tour quand j’avais appris que le comte de Chambord, l’ancien ministre des petits pois et des surgelés invitait « les communes de la Mayenne à se mobiliser » pour « accueillir des migrants » !

Qu’aviez-vous donc tweeté ?  Qu’il n’avait pas à nous demander d'accueillir des gens qui peuvent très bien être des terroristes ! Que ce célibataire plein aux as n’avait pas à culpabiliser des pères de famille qui gagnent parfois quinze fois moins que lui ! Et qu’il serait plus juste qu’il donnât son pognon – pardon : « notre » pognon- à ces "migrants" qu’il attend avec joie alors qu’ils viennent ajouter des problèmes à ceux que la France connaît déjà !  

Rien de bien choquant dans vos remarques, une fois de plus frappées au coin du bon sens. Mais pourquoi insister sur son célibat ? Mais parce qu’un citoyen sans enfant est forcément moins intéressé par l’avenir de son pays qu’un père ou une mère de famille. Attention : le fait de ne pas avoir d’enfant ne veut pas dire qu’on ne peut pas aimer son pays aussi fort qu’une mère de famille. Mais enfin, l’avenir est infiniment plus préoccupant surtout quand on a des filles et qu’on voit des milliers de jeunes migrants mâles qui pénètrent chez nous sans aucune femme à se mettre sous la couette (si vous me permettez l’expression). Cela veut dire que tous ces gars-là, reçus comme des papes chez nous, vont tôt ou tard assurer leurs besoins naturels… Et ce genre de chose, un bobo friqué comme Garot ne peut pas le percevoir. Un père de famille, lui, le perçoit d'emblée.

Une fois de plus, bon sens ! Mais revenons-en à la presse locale, tout ne s’est pas déroulé comme il fallait ? Du côté de Ouest-France, si. Rien à dire. Mon interlocuteur, qui avait fait passer la réaction de Guillaume Garot ce matin même (mais sur le ouèbe dès hier soir), a tout naturellement accepté mon point de vue, au nom du débat démocratique… En revanche, du côté du Courrier de la Mayenne, énorme déception concernant la bretonne Le Gall, Kristell pour les amateurs de biniou et de chapeaux ronds…

Quoi !, elle a refusé votre communiqué ? Eh oui, car, m’a-t-elle dit, toute réaction d’élus concernant les « migrants » est bannie des colonnes du journal créé par Louis de Guébriant ! Je lui ai – bien entendu - fait part de ma sidération, car enfin, s’il est un sujet important, vital même, c’est bien l’invasion de la France actuellement en cours… Mais rien à faire, la journaliste n’a rien voulu savoir…

Tel que je vous connais, vous n’êtes pas resté sans rien faire… Non, j’ai envoyé, dans la foulée, un mail à Quentin Lanvierge, le journaliste du Courrier qui couvre les sujets politiques lavallois (et qui était absent quand j’ai téléphoné). Je lui ai dit ce que je pensais du procédé en deux lignes et ai reçu une réponse que je souhaite passer ici-même, avec les petits commentaires de mon cru…

Demande acceptée. Merci. Pour info, je précise que son texte est en rouge et mes réponses en noir (oui, je sais, vous aviez compris mais enfin, il n’est pas interdit de préciser la chose et que… je m’adresse au Quentin précité).

C’est parti ! 

 

« Monsieur Gruau,

Comme toujours, votre réaction fait preuve de mesure et de tempérance. »

Enfin, quelqu’un qui me connaît parfaitement et qui a su déceler mes deux qualités  principales…

"Comme Kristell vous l'a dit, nous ne passerons aucun communiqué de politique sur le sujet des réfugiés, comme nous n'en passons aucun, pour aucun sujet, si cela ne concerne pas directement la Mayenne."

C'est justement parce que l'accueil des "réfugiés" demandé par le député Garot (entre autres) concerne directement la Mayenne que j'ai cherché à vous joindre ! Si cette demande est acceptée, ce sont des Mayennais (vous, peut-être ?) qui auront ces "réfugiés" pour voisins et les enfants de ces nouveaux "Mayennais" (si enfants il y a) seront scolarisés en Mayenne. Sans même parler un mot de français...
Votre remarque est donc fausse.

Du reste, je n'y crois pas (à votre censure) et suis prêt à vous parier que, tôt ou tard, l'avis de nos "têtes couronnées" aura droit au Courrier... (Peut-être même cette semaine, dans la foulée de cet article... Comment passer sous silence, dans un hebdo d’information générale comme le vôtre, l’avis des parlementaires qui, par ailleurs, remplissent ou font remplir tant et tant de pages… )

"Tout simplement, nous avons trois députés, deux sénateurs, un président de conseil départemental, un député européen et bien d'autres. Sans oublier, le conseiller municipal de Laval qui a un avis sur tout et surtout un avis." 

Et quel est ce "conseiller municipal de Laval qui a un avis sur tout et surtout un avis" ? Aurélien Guillot ? Si c'est de moi que vous parlez, sachez que je n'ai pas « un avis sur tout » mais en tant que Lavallois depuis 52 ans, j'ai effectivement un avis sur la manière de vivre dans mon département, ma ville. Qui se trouve aussi être celle de ma famille. Est-ce interdit ? L'engagement politique, même modeste, permet de donner son avis, cela vous gêne peut-être mais c'est ainsi. Désolé...    

"Le Courrier est un hebdomadaire, par définition nous n'avons qu'une édition par semaine. Comment voulez-vous que l'on passe tous ces avis ?"

De quels avis parlez-vous ? Des élus précités ? A quoi sert votre journal si c'est pour taire les avis des politiques du département ? Pas très républicain tout cela... méfiez-vous Taubira pourrait l'apprendre. Vous ne pouvez tout de même pas uniquement faire des articles sur Archimède ou les nouvelles recrues du stade lavallois !

"Si Ouest France le fait, j'en suis fort aise pour eux, mais chez nous, on ne peut plus le faire (et nous n'en avons pas l'envie)." 

Vous ne pouvez plus le faire ou vous n'en avez pas envie ? Soyez logique, c'est l'un ou l'autre. En fait, moi je crois que le sujet vous ennuie, comme tant d'autres du reste... De plus, il est sensible car peu de Mayennais - hormis une poignée de bobos à la sauce Garot - ont envie de voir leur vie quotidienne se dégrader encore plus avec de nouvelles arrivées de « migrants ». Des migrants qui, je le répète, peuvent être des terroristes...

"De plus, Monsieur Gruau, je vous ferai remarquer que même si vous êtes un élu municipal, vous ne représentez aucun mouvement ou parti politique en Mayenne."

J'ai bien conscience de moins vous intéresser en étant sans parti (au singulier, j’insiste)  mais... quand je me suis présenté à la tête de Laval Mieux Vivre je n'étais pas étiqueté non plus ! Sur ce sujet, rassurez-vous, je représenterai bientôt un mouvement dans le département, ou un parti, ou une association (peu importe le nom) si Jean-Marie Le Pen crée le sien… J’ai ce projet, qui me permettra, je l’espère de vous intéresser de nouveau.

"On ne pourra jamais donner la parole à tous les conseillers municipaux de la Mayenne."

Ce n'est pas nécessaire car nombre d'entre eux n'ont pas d'avis ou n'ont pas le courage de le donner... Quand on touche une certaine somme tous les mois, même modeste, on met son mouchoir sur ce qu’on pense : le Système républicain fonctionne de la sorte, je l’ai cent fois critiqué lors des conseils – et sur ce site- et jamais vous n’avez repris mes propos.

 "Au final, le Courrier de la Mayenne n'a pas besoin de monsieur Gruau pour choisir les angles du traitement de l'information."

Bien sûr ! Mais… "Monsieur Gruau" a été journaliste (et pas seulement municipal) pendant de nombreuses années et, dans ce domaine (l’écriture), "Monsieur Gruau" ne craint la concurrence d'aucuns nouveaux "confrères" du Courrier de la Mayenne totalement inféodés au Système Mondialiste qui nous tue à petit feu.

En conclusion, permettez-moi de vous citer la fameuse réflexion de l’intellectuel Alain Soral : "Aujourd'hui, un journaliste c'est soit un chômeur soit une p."

Moi, je suis chômeur.

Mais - le plus souvent - libre de dire ce que je pense.

"Si on aborde ce sujet, ça sera avec les personnes qui s'engagent concrètement."

J'imagine que vous parlez de celles qui vont accueillir chez elles des "migrants" ? J'espère seulement que ces derniers seront près du domicile des journalistes du Courrier de la Mayenne... Vous pourrez ainsi mesurer quelle chance pour la Mayenne, ces arrivées représentent...  (Je parle de la Mayenne, pas du MEDEF.)

"Et votre avis nous intéresse, lorsqu'il s'agit d'un dossier local."

Trop aimable ! Mais je vous répète que l'accueil des "migrants" va en devenir un très rapidement... Beaucoup plus rapidement que vous ne le pensez…

"Si vous décidez de ne plus nous répondre, ça sera votre choix."

Ne plus répondre aux gens, c'est bien mal me connaître.

Je réponds toujours. Hormis aux journalistes de l'ex-Radio Mayenne, qui, entre autres petites vacheries, m'ont attaqué sournoisement pendant la campagne des municipales (en donnant, notamment, la parole à un Afro-Lavallois de ma connaissance qui a eu le culot de me traiter de "raciste"... quelques semaines avant d'occire son ancienne compagne !).

" Quant à écrire un long article sur le sujet, faites comme vous voulez. Si vous êtes libre d'écrire ce que vous voulez sur votre blog, nous sommes libres de choisir notre traitement de l'actualité dans le Courrier de la Mayenne."

Vous êtes trop bon, mon bon Quentin, de m'autoriser à écrire ce que je veux.

Une chose est certaine : jamais le Courrier de la Mayenne ne m'avait apporté une réponse aussi décevante que celle de la jeune Bretonne de ce matin...

 

Fin de la réponse ? Oui. ’ai tout dit. Mais permettez-moi d'ajouter le communiqué que j'ai adressé à Ouest-France dans son entièreté car ils ne le passeront certainement pas ainsi. 

J'allais vous le demander... Le voici :

"Le conseiller municipal ex-FN de Laval Jean-Christophe Gruau se dit choqué par les déclarations du député Guillaume Garrot concernant l’accueil que la Mayenne en général et la Ville de Laval doivent réserver à ceux que le politiquement correct dénomme « migrants ». « C’est totalement irresponsable ! Notre pays a déjà suffisamment de problèmes aujourd’hui (chômage, insécurité, SDF…) pour ne pas en rajouter d’autres avec l’arrivée massive de personnes que l’on peut suspecter d’avoir quitté leur pays pour des raisons exclusivement économiques et qui, dans certains cas, sont des terroristes imbibés par la haine de notre culture occidentale. » Et l’élu de Laval d’ajouter : « Contrairement à ce que pense M. Garot, nous ne sommes en rien responsables de ce qui leur arrive et n’avons pas à régler leurs problèmes ! C’est pourquoi il faut de toute urgence signifier notre refus total d’accueillir ces populations afin de ne pas encourager une invasion qui, pour notre peuple, risque d’être tout simplement mortelle. Ce n’est pas de la cruauté, c’est du bon sens. » 

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates