logotype

JC Gruau ne manque pas d'air !

JC Gruau, vous avez eu droit la semaine dernière à un portrait dans le Courrier de la Mayenne qui insiste sur deux de vos principales passions, le jazz et le théâtre de boulevard, qu’en avez-vous pensé ? Si j’en crois nombre de mes proches, que ce portrait m’est plutôt favorable. Mais je ne pense pas que le sénateur – le « p’tit gars d’Avesnières » - ait été mal servi non plus, avec sa chère basilique en arrière plan : cela lui permet d’attirer des votes cathos sans pour autant signer la charte de la Manif pour Tous… Disons qu’on sait maintenant qu’il aime préparer les galettes. Oui, moi aussi j’aime préparer les galettes. Avec du beurre dedans, de préférence. Et j’aime aussi le jambon et la saucisse [rires]. 

Mais, j’imagine que vous aimez « encore mieux » le lait de votre nourrice... Sacré Bois-Renard, vous connaissez vos classiques ! Mais vous ignorez en revanche que je n’ai jamais eu de nourrice ! Seulement une mère et des biberons... Mais redevenons sérieux, s’il vous plaît, nous avons des lecteurs.

Alors parlons de Boyer, qui a droit, lui aussi, à son portrait ce matin. Oui, je l’ai lu. Une fois de plus il en fait des tonnes pour nous prouver qu’il aime Laval. Le coup de la rivière qui l’aurait scotché sur la terrasse du Café de l’Ouest, son coup de foudre pour Laval, etc. C’est le gros problème de Boyer, il en en fait toujours des tonnes.

Résultat : personne n’y croit ! Disons que tout le monde sait qu’il s’agit d’un ambitieux qui a eu la chance de découvrir un gisement de pétrole (politique) en se couplant (si l’on peut dire) avec son idole, son grand homme, son alter ego, Guillaume Garot. Son amour pour notre cité est le fils de son admiration pour Guillaume. Et non de la rivière La Mayenne, que Boyer a récemment garnie de nombreuses "pissettes" dont elle se passait très bien depuis plus de mille ans ! A propos des raisons qui ont amené Boyer à choisir Laval, il y a sur mon site un article - "Maire 2 Boyer vu par Ouest-France" - que j’ai écrit suite à une hagiographie parue dans Ouest-France de celui qui n’était alors – nous étions en 2009 - que le « Maire 2 ». (Vous le trouverez dans la partie « Guillaumette et Jean Cricri ») La version de sa venue chez nous est sensiblement éloignée de celle parue ce matin dans le Courrier…

En tout cas, on peut dire que Garot et Boyer se sont débrouillés comme des chefs, question business ! Ah ça, c’est sûr ! Il serait d'ailleurs très intéressant de calculer combien ces deux là  coûtent chaque mois au contribuable français depuis qu’ils sont au sommet de leur gloire. Vous imaginez la « douloureuse » ! Et malgré cela, ces gens-là continuent de palabrer, de nous donner des leçons de morale républicaine, d’économie, de gestion, de tout !

L’un d’eux, je parle de Garot, a même été reçu par le pape avec son Altesse Le Nullissime Normal the First !  Oui, incroyable ! Encore une rencontre tout à fait surréaliste, dénuée de sens, ridicule, grotesque et, surtout, inconvenante dans le contexte politique d’aujourd’hui où les pires socialos du Gouvernement – je pense à Valls, Peillon, Taubira, Belkacem… - retrouvent les ardeurs du petit Père Combes pour combattre le christianisme ! Il y a des centaines de millions de personnes qui, si j’ose dire, méritaient mille fois plus que Garot d’être reçus par le pape. Les socialos détruisent la famille, marient des ... (mot censuré par le Canard Enchaîné), banalisent (toujours plus) l’avortement, envisagent d’euthanasier (expression censurée par le Canard Enchaîné) et, malgré ça, malgré tout ça, ce sont ces gens-là qui sont reçus au Vatican. Quelle époque !

Revenons aussi sur un autre point que l’article consacré à Boyer ne mentionne pas : le maire actuel est « directeur territorial », c’est-à-dire fonctionnaire. Or, quand on lit l’article, on a l’impression qu'il a toujours travaillé dans le privé, notamment avec Le Drian ! Tu parles, Charles ! Il était fonctionnaire au Conseil Régional de Bretagne… Un autre sujet est également passé sous silence : l'actuel travail de Boyer au ministère de la Fonction publique. Combien d'heures y consacre-t-il chaque semaine ?, et pour quelle rémunération ? Les Lavallois aimeraient savoir comment on peut être maire, président de Laval Agglo, conseiller général, chargé de mission dans un ministère et, en plus, mener une campagne électorale. Tous ces cumuls ont quelque chose d'obscène, en ces temps où de nombreux Français peinent à joindre les deux bouts. Il ne faut pas s'étonner que les politicards soient haïs. Ce n'est que justice !  

Il y a aussi un autre truc, moi, qui m’a fait sourire c’est quand le journaliste évoque « la folie parisienne » que Boyer voulait fuir. S’il rejette cette « folie », alors pourquoi accepter, en plus de ses multiples casquettes précitées, un travail à Paris ? Oui, vraiment, nombre d’explications sont bidons et n’importe quel lecteur un peu futé le sent à chaque ligne. 

Je vous le dis sans vouloir vous donner la grosse tête mais, vraiment, j’ai préféré votre portrait ! C’était - et de loin - le plus franc des trois. Et savez-vous ce que j’ai préféré le concernant ? Non. L’accroche sur les affichettes placardées devant les marchands de journaux ! Ah, oui : « J.C. Gruau ne manque pas d’air ! »

Très bien joué et, très efficace, je pense… Oui car la buraliste où j’ai mes habitudes n’ayant plus de « Courrier » le samedi matin dut en recommander pour lundi matin ! Elle m’a d’ailleurs reçu avec un sourire encore plus large que d’habitude…

Il est vrai que cette accroche était bien choisie… Oui, car les gens qui s’intéressent aux municipales lavalloises se sont dit que j’allais certainement déballer un tas de trucs terribles...

Revenons au débat de FR3, vous avez digéré le refus de vous y convier ? Bien sûr ! C’était oublié dès le soir même ! En plus c'était à périr d'ennui ! Vous savez, il y a longtemps que je ne me fais plus d’illusions sur l’objectivité d’un grand nombre de journaleux (exceptions faites de nos « locaux » qui nous suivent – de manière honnête). Ceux de France 3 sont comme ceux de « Libé », du Monde et, entre autres, de Radio Mayenne : des « collabos » du Pouvoir mondialiste en place. Des bobos payés à débiter des platitudes sans aucun intérêt. Tout ce qui, de près ou de loin, fleure bon la préférence nationale les dégoûte !

Il est vrai que nombre de Français n’ont plus aucune confiance en ces gens-là, les méprisent même. Je les comprends, je suis dans ce cas ! C’était du reste l’un des slogans que nous avons crié à pleins poumons lors du défilé organisé par le collectif « Jour de Colère » dimanche dernier, 26 janvier, de la Bastille aux Invalides. « Journalistes Kollabos ! » «  Journalistes kollabos ! » On s'est offert du bon temps, vraiment ! Il est vrai que ces journalistes ont pour « big boss » des nababs comme Pinault, Dassault, Rotschild… Des hommes pour lesquels les frontières n’existent pas, n’ont jamais existé, n’existeront jamais ! Seul le tiroir-caisse a de l’importance…

Vous étiez donc à Paris dimanche dernier ? Bien sûr. Comment ne pas rejoindre un tel rassemblement quand, attaché à la liberté d’expression,  on possède deux jambes et des cordes vocales ! Malgré le prix à payer (essence et autoroute, aïe aïe aïe !), la pluie qui n’a cessé de tomber, la fatigue accumulée et… l’absence de résultat concret à attendre pour libérer la France des idéologues qui la gouvernent aussi minablement.

Pourquoi y aller alors ? Pour se lâcher contre les ennemis de la liberté ! Avec quelques proches, j’ai tenu à crier mon rejet viscéral du système socialiste actuel dans lequel les hommes libres étouffent de plus en plus. Quand on pense aux grandes voix rebelles que la France a connues, aux grands écrivains que nous avons eus, aux fortes têtes qui nous faisaient rêver gamin en feuilletant nos livres d’Histoire ! Aujourd’hui, on ne peut plus rien dire ni sur les femmes, ni sur les sexes, ni sur les juifs, ni sur les étrangers, ni sur Pétain, ni sur l’Histoire, ni sur les quenelles, etc. Rien dire qui déplaise à ce fou furieux de Valls (le « pitbull sioniste », comme l’appelle un pamphlétaire célèbre), à ce Robespierre de Peillon, à cette hystérique de Taubira, à celle nullité de Normal the First ! Quand on a de l’imagination à revendre, le goût de la liberté, je peux vous dire que l’époque actuelle est extrêmement pénible !

Je vous comprends car les médiocrités déjà évoquées sont des idéologues de la pire espèce, que je ne m’attendais pas à trouver sur ma route pendant mon âge mûr. Moi non plus, et je vais vous faire un aveu : quand je les vois, je me sens chouan ! Car je me dis que les « Terroristes » des années 1790 qui ont fait couler tant de sang en France en général et en Mayenne en particulier étaient les ancêtres de ces tristes sires qui nous gouvernent avec leurs tirades républicaines à quatre sous !

Force est de constater que le Président Hollande est d’une médiocrité rarement atteinte… Je me souviens cher Bois-Renard que vous aviez écrit un excellent article le concernant la fois où il était venu débiter ses salades à la salle polyvalente en compagnie du futur ministre des surgelés…

Oui, en voyant Hollande j’ai tout de suite senti qu’on avait affaire à un petit jouisseur sans aucune étoffe. Cependant, il avait pour lui une chance inouïe : le rejet de Sarkozy…  Triste époque. Oui, le fruit de cinquante années de glissement, d’abandons en tous genres à commencer par la déchristianisation qui permet le règne du fric… On en revient toujours à la même conclusion… 

Autre sujet : j’ai lu ce matin dans Ouest-France qu’une association de bobos lavallois, le Graal, avait distribué le fruit d’une longue enquête de terrain à Laval en vue des élections municipales aux DEUX « candidats avérés ». Oui, j’ai lu cela moi aussi et dois vous dire que plusieurs de mes colistiers ont pris la chose comme une véritable insulte ! Deux candidats avérés !! C'est leur connerie qui est avérée, oui ! A moins que le Graal ne veuille parler des deux candidats francs-maçons avérés !

Vous pensez que vos deux adversaires sont "de la boutique" ? Je n'en sais rien et m'en moque complètement ! Mais j'essaie de comprendre pourquoi une association qui veut peser sur le débat public, qui se vante à longueur de temps de mener une vaste enquête auprès de la population pour émettre des propositions qu'elle souhaite remettre aux candidats déclarés, pourquoi une telle association qui se croit le nombril de la pensée nous prend à ce point pour des sous-hommes, des imbéciles, des idiots ! Oui, j'essaie de comprendre cette petite mesquinerie du Graal qui, lui (ou elle, si l'on parle de l'association), contrairement à notre liste, regorge de francs-macs...

Qu'avez vous répondu à vos colistiers  ? Ce que l'on disait gamin pour éviter de répondre par les poings aux affronts susceptibles de dégénérer : "La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe." Plus sérieusement, je leur ai dit que si les gens du Graal, Bruno Maurin, entre autres, étaient assez stupides pour ne voir que deux  « candidats avérés » aux municipales lavalloises, ils n’avaient aucune légitimité pour participer au débat démocratique qui va débuter en février...

Ce n’est pas lassant de recevoir -  systématiquement - une dose de mépris de la part de ces personnes qui vivent dans – et, GRASSEMENT -, du Système. Sincèrement, non. Même si, désormais,  j’ai une assez pitoyable image de ce Maurin qui était pourtant agréable avec moi quand j'étais rédacteur en chef du journal municipal de Laval et qu'il avait besoin de ma pomme pour caser l’une de ses filles pour un stage de journalisme à la mairie… Mais je préfère m’arrêter là, par respect justement pour cette jeune fille que j’avais trouvé agréable… Disons que, désormais, concernant ce petit personnage qui s'est fait connaître en dirigeant un temps les TULS avant de donner dans le domaine médical, je prêterai une oreille attentive à certaines critiques malveillantes le concernant... 

Est-ce la première personne que la campagne électorale a définitivement éloignée de vous ? Non. J’ai déjà perdu une amie qui m’était très chère avant de préférer se rallier à une liste qui défend des idées aux antipodes des siennes dans le domaine européen, notamment. Ce fut un choc, lui aussi parfaitement digéré aujourd'hui. Il y aussi un type que je saluais agréablement jusqu’à hier après-midi où il m’a annoncé – au moment où je lui tendais ma main droite - qu’il refuserait désormais de la prendre dans la sienne...

Tiens donc !  Vous aviez courtisé sa femme ? Insulté ses ancêtres ? Poussé sa vieille mère dans les escaliers de la rue des Eperons ? Que nenni ! J’aurais, d’après lui, tenu des « propos racistes et homophobes » ! 

C’est devenu la grande mode, ça, les propos racistes et homophobes, on ne parle plus que de cela ! Voilà ses explications. Il ne m’a pas donné de détails et je n’en ai pas demandés. Mais je dois vous dire que Monsieur avait l’air très fier de son refus. C’était son "18 Juin 40" à lui mais, de vous à moi, cela m’arrange car, comme disait l’autre, la vie est trop courte pour la gaspiller avec des gens qui ne veulent rien comprendre à rien.

Sympa la politique à ce que je vois ! Oh, n’allez pas croire qu’il n’y a pas de grands, d’excellents moments de fraternité ! Lors de la galette des rois du FN 53, par exemple. Nous étions environ 150. Il y avait une ambiance du tonnerre de Dieu ! Car outre le fait de se retrouver pour fêter les rois nous étions heureux et fiers de fêter également la formation d’une liste clairement opposée aux politiques que la France mène depuis tant d’années…

J’ai cru comprendre également que vous aviez un orateur national, un élu du FN aussi sympathique que plaisant à écouter. Oui, Michel Guiniot, pour ne pas le nommer qui a brossé un tableau de la France de 2014. Bref, les gens présents étaient contents et nous leur avons présenté un grand nombre de nos colistiers, sur lesquels je reviendrai dans un prochain entretien.

Oui, j’ai vu ce matin dans le Courrier de la Mayenne qu’il y avait à la fois une quinzaine de noms et neuf visages en comptant celui du colonel et le vôtre… Nous avons jugé qu’il était temps de présenter les colistiers qui se dépensent le plus, ceux qui sont tout à fait d’accord pour se faire connaître avant le dépôt des candidatures à la préfecture…

J’ai l’impression que certains journalistes doutent encore de votre liste ? Peut-être, ce n'est pas mon problème. D'autant que j’ai la fameuse liste sous les yeux depuis déjà de longues semaines. En tout cas, nous, nous ne doutons pas de faire un bon score et d’accéder à la finale du second tour. Pour différentes raisons dont la principale est le ras le bol des Lavallois à l’égard des étrangers qui – dans de nombreux cas de figure – vivent mieux qu’eux. Scandaleux ! Et dans ce domaine, ce ne sont pas les socialistes et les centristes qui risquent de nous faire concurrence car les uns comme les autres ne pensent qu’à satisfaire ceux qui sont originaires d’autres contrées et pratiquent d’autres coutumes, une autre religion que la chrétienne.

Est-ce votre seule force ? Non, ni la seule, ni la principale. Nos deux adversaires ne séduisent guère la population de manière nette et sans bavure. Nous le sentons bien quand nous rencontrons les Lavallois. Bien sûr Zocchetto et Boyer ont des partisans, c’est évident. Beaucoup de partisans. Mais des fans, très peu. L’issue du combat demeure donc très ouvert et il nous arrive parfois, en écoutant certains électeurs, de nous dire que, peut-être… le 23 mars… il pourrait y avoir une sacrée surprise…

Qui sait ? En attendant je vous promets de vous réinviter sur ce blog afin de vous permettre de nous présenter les membres de votre liste. Un dernier mot  ? Oui, notre première réunion publique aura lieu en deux temps le 10 février prochain, au Palindrome de Saint-Nicolas. A 10 h 30 le matin et à 20 h 30 le soir. Venez nombreux ! C’est gratuit !

On sent que cela vous excite ? Oui.  Car c’est toujours un immense plaisir de défendre ses idées. Surtout quand elles sont au service de sa ville natale, sa ville préférée, Laval bien sûr ! Celle que Boyer a découverte il y a quelques années seulement...

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates