logotype

L'élu JC Gruau viré du FN pour "propos homophobes"

JC Gruau mon petit doigt m’a dit que votre passage en commission de discipline du FN a été fort houleux…  Disons que j’ai quitté le « tribunal » de la rue des Suisses de Nanterre avec la satisfaction d’avoir pris congé de personnes – sept au total - avec lesquelles je ne saurais en aucune façon m’entendre pour bâtir et défendre un projet susceptible de sauver la France. J’avais l’impression d’être face tantôt à des étrangers (ils ne savaient rien de moi !), tantôt à des ennemis (décidés à me virer quoi que je dise) !

Mais qui peuvent bien être ces gens ? Des hommes et des femmes qui forment aujourd’hui un parfait aperçu de la structure mentale, culturelle, sexuelle et intellectuelle du nouveau FN de Florian Philippot. Des hommes et des femmes qui détestent quiconque peut cocher les trois cases suivantes : provincial, hétérosexuel, culture catholique. Des hommes et des femmes qu’on n’aurait pas osé imaginer – je pense au sieur Eric Domard, en particulier - avec une once de pouvoir dans ce parti il y a seulement cinq ans, du temps du Menhir. 

C’est assez triste ! Oui, très triste. Très inquiétant aussi. Et fort décourageant. Mais c’est la sinistre vérité ! Je me savais relativement éloigné de ce nouveau FN qu’on voit chaque jour s’affirmer dans les media aux ordres, surtout depuis qu’il a décidé de liquider son créateur, mais je ne l’imaginais pas aussi tordu ni aussi bizarrement …peuplé.  Ou, pour dire les choses autrement, le Front National est aujourd’hui le premier parti hétérophobe de France.

Quand Minute, Rivarol et quelques autres parlent de « cage aux folles », ils sont dans le vrai ! Oui, même si je n’ai croisé personne avec une plume dans le derrière comme dans la pièce de Jean Poiret ! [rires] Je dirai qu’une fois de plus, sur ce sujet, c’est Jean-Marie Le Pen qui a trouvé l’expression la plus juste quand il a critiqué le fait – insupportable – d’être régulièrement « attaqué » par des « homosexuels qui chassent en meute » et témoignent d’un « état d’esprit hétérophobe évident ».

Comment pouvez-vous dire ça ? J’en ai eu la preuve  lors de mon « jugement » car, finalement, avec M. Domard dans le rôle de l’accusateur public, nous n’avons quasiment parlé que de mes propos dits « homophobes », propos, je m’empresse de le dire, écrits bien avant les municipales de mars 2014 ! Et quand je dis « propos », j’exagère, car c’est surtout sur un mot que, pour eux, le bât blesse : « sodomites ».

C’est affligeant ! Oui. Et consternant car cela vient d’un parti qui, longtemps, pour combattre le Système, a bravé courageusement toutes les haines médiatiques possibles et de nombreux dangers !

C’est d’autant plus affligeant que vous êtes un élu d’opposition particulièrement actif, toujours prêt à défendre les idées nationales, que vous intervenez très souvent au conseil municipal (votre blog en témoigne chaque mois ou presque) et que vous avez même, actuellement en cours, une action en justice contre l’ancien maire de Laval, Jean-Christophe Boyer… Tout ce que vous dites est vrai et c’est peu dire que mon éviction du FN choque de nombreux militants… Elle choque aussi des futurs candidats qui, dans l’attente des places aux régionales, préfèrent garder secrètes leurs récriminations contre le nouveau Front.

C’est franchement minable ! Oui, mais cette nouvelle philosophie l’est surtout pour les vieux militants fidèles qui se font maintenant virer par des petits arrivistes que je préfère ne pas nommer. Mais il est vrai que le courageux « Popeye », Roger Holeindre, avait déjà tout prévu dès l’arrivée de Marine en 2011. En fait, il n’y a pas lieu de s’étonner…

Pouvez-vous nous rappeler le motif officiel, de votre convocation de jeudi dernier reçu par courrier recommandé ? Le voici dans son intégralité : « Il vous est notamment reproché ceci : Avoir publié sur le réseau social Twitter des propos homophobes ainsi que diverses (sic) dérapages, réitérés lors de réunions publiques. »

Mais les gens du nouveau FN parlent exactement comme les « merdias » du Système ! Ils emploient les mêmes termes et expressions dans le vent : « propos homophobes », « dérapages »…  Exactement. Le nouveau FN est comme nombre de membres « éminents » de l’Education nationale : au lieu de tirer vers le haut, de favoriser l’effort intellectuel dans le domaine de la transmission et de la formation, de mettre en avant certaines valeurs éternelles sans lesquelles l’homme ne peut vivre véritablement, ses « penseurs » préfèrent s’aligner sur la médiocrité générale, se courber devant l’air du temps, avaler leur bol de doxa chaque matin au petit-déjeuner…

Et, bien sûr, cogner sur ceux qui tiennent bon, refusent le Système et défendent ce qui permettrait au pays de se redresser. Du reste, à ce sujet, une chose m’a sidéré quand j’attendais d’être reçu par la commission…

Laquelle ? Dans la salle d’attente, il n’y avait que deux lectures possibles pour ceux qui n’avaient pas apporté de quoi lire : des vieux numéros de VSD de l’année 2014 et quelques exemplaires du bulletin de la fondation Brigitte Bardot.

Non ! Le premier parti de France n’a rien d’autre à proposer à ses visiteurs que ces titres-là ? Non. Et quand vous demandez à aller aux tinettes, il faut s’y rendre accompagné par un vigile ! Voilà les deux souvenirs que je garderai des minutes passées à attendre mon « procès »… 

Parlez-nous en… Conduit par Madame Huguette Fatna, qui avait revêtu pour la circonstance son visage le plus inamical, je me suis retrouvé dans la grande salle de réunion du rez-de-chaussée et me suis assis face à « mes » sept « juges », trois femmes côte à côte sur ma gauche (Huguette Fatna, Nathalie Pigeot et une inconnue) et trois hommes ensemble à ma droite (Eric Domard, Bruno Bilde et Wallerand de Saint-Just), le président Jean-François Jahlk étant, lui, situé au centre de ces deux groupes, juste en face de moi. Nous disposions tous d’un micro comme au conseil municipal. Le Président m’a remis le « dossier d’accusation » que je n’avais pas jugé bon de venir consulter une semaine auparavant (comme j’y étais invité) car l’une des membres de la commission, la sympathique Nathalie Pigeot, m’avait certifié au téléphone qu’il ne valait pas le voyage de Laval à Nanterre tant il était léger. Elle m’en avait d’ailleurs fort aimablement donné les principales lignes par téléphone, évoquant, pour la partie réunion publique, une remarque que j’avais faite concernant la possibilité de boire de la bière à la terrasse d’un café pendant la période du ramadan…

Vous avez donc consulté ce dossier, « votre » dossier ? Oui. J’ai alors constaté qu’il ne faisait que deux pages et n’évoquait nulle réunion publique !!! Rien sur le sujet !!! Sur la première se trouvait la sortie papier d’un articulet assez misérable (une fois de plus !) émanant du site « La Mayenne on adore » aujourd’hui dirigé par un minet ayant voulu se présenter, avec ses 100 mots de vocabulaire, à la présidentielle de 2012, Christopher Guéna, un petit personnage qui, sans jamais oser signer le moindre de ses articulets, se réjouit systématiquement haut et fort de chacune de mes mésaventures sous l’étiquette du FN car – et cela devrait ouvrir les yeux de certains - il ne peut qu’approuver la nouvelle philosophie du FN ou, plus exactement, la philosophie hétérophobe du nouveau FN.

Le titre de cet articulet ? « L’élu FN de la Mayenne dérape sur twitter et insulte les Français »

Mazette, rien que cela ! Oui, le ridicule n’a jamais tué personne…

Que raconte cet articulet ? Il s’agit d’une petite crotte supplémentaire destinée à me salir une fois de plus et qui se résume à quelques lignes concernant un tweet que j’ai écrit après la victoire d’un candidat socialiste contre une candidate frontiste à l’élection législative partielle qui s’est déroulée dans le Doubs, dans la circonscription naguère tenue par Pierre Moscovici parti gagner plus de 20 000 € par mois à la « Grosse commission » de Bruxelles.

Quel est ce tweet ? « Qu’avec les problèmes que traverse la France aujourd’hui un candidat #PS remporte une législative en dit long sur la nullité des Français. » 

Anodin, rien de choquant ! Non mais pour ces petits incultes de « La Mayenne on adore », il s’agit d’un « dérapage » de plus de votre serviteur qui, je les cite, « qualifie l’intelligence des Français de nulle ». Comme si la nullité des Français signifiait que les Français étaient dotés d’une intelligence nulle !

C’est consternant ! Attendez la suite, que je cite intégralement : « Pour l’élu mayennais, le résultat de cette élection a permis de mettre en lumière une certaine vacuité intellectuelle dans l’esprit des Français. Les Français seraient trop nuls pour choisir ce qui est bon pour la France, ils seraient indignes du régime démocratique qui régit leurs institutions. »

Mazette, quel texte vaseux ! Mais attendez la fin, que voici : « La position choquante de l’élu dénote franchement avec la stratégie de communication du parti frontiste. Il est de coutume après chaque scrutin qui témoigne de l’avancée du FN de louer la prise de conscience des Français quant à l’adéquation du programme du Front national à l’égard de la conjoncture économique et sociale. » Et l’anonyme de service de conclure : « Si Jean-Christophe Gruau brille par sa rhétorique, il apparaît « nul » en communication politique. »

C’est à croire que ces lignes ont été écrites par un communicant du nouveau FN ! Oui.

Et sur la seconde page du dossier ? Il y avait plusieurs propos tirés de mon blog « Laval et son histoire » repris et orientés par je ne sais quel site d’information nationale. 

De quoi parlent-ils, ces propos ? Ils abordent certains sujets comme l’immigration, l’islam, les homosexuels, les francs-maçons, le gouvernement et les « journalistes kollabos ». Des sujets qu’un candidat à une élection municipale se doit d’évoquer. Ils ont été tenus – je le répète – durant la campagne des municipales de mars 2014 et donc bien avant mon encartage au FN qui, lui, date de septembre 2014. En clair, le FN en avait eu connaissance, si j’ose dire, en temps réel… Je le sais d’autant mieux que j’avais eu un entretien avec Nicolas Bay le jour où j’avais eu l’honneur de déposer notre liste à la préfecture. Comme les media houspillaient Marine avec ça (et quelques autres « dérapages » émanant d’innombrables candidats), N. Bay m’avait fait la leçon, m’ouvrant subitement les yeux sur la volonté du nouveau FN de plaire au monde médiatique. Enfin, tout ça est vraiment, pour moi, de l’histoire ancienne…

J’imagine votre stupéfaction quand vous avez pris connaissance de votre « terrible » dossier... Et comment ! Mais ma stupéfaction a monté d’un cran supplémentaire quand M. Jalkh m’a demandé si j’étais élu quelque part !!!

Hein, quoi, celui qui est censé vous juger ne savait pas que vous étiez conseiller municipal et conseiller communautaire ? Non. Et il était sincère. Un autre ne savait pas, lui, si j’étais encarté ! Je crois me souvenir qu’il s’agit du fameux Eric Domard, un des types les plus détestables qu’il m’ait été donné de rencontrer dans ma vie. Un type insupportable quand on est, comme moi, attaché à une certaine qualité de vie. Du reste, il a un tel visage haineux qu’il préfère mettre celui de Danton sur son compte Twitter où il se présente comme un « laïc pratiquant »…

J’ai vu qu’il s’est réjoui, l’autre jour, sur Twitter du résultat du référendum irlandais sur le mariage gay. Oui, il a dit, je cite de mémoire, que quelle que soit l’opinion que l’on pouvait avoir sur le sujet, c’était au peuple de décider. Ce qui m’a donné l’envie de lui réponde ceci : et si le peuple décide, demain, de supprimer les homosexuels par référendum, aura-t-il raison ?   

Mais revenons à ce procès, y-a-t-il eu une autre question aussi sidérante que les deux précédentes et qui témoigne de la mauvaise foi de la commission ? Oui, la susnommée Nathalie Pigeot m’a, elle, demandé si j’avais été candidat aux dernières départementales !!!

Je ne vous crois pas. C’est, une fois de plus, la triste vérité, preuve que ce « procès » que l’on me fait est totalement bidon – stalinien, disait-on dans le temps - et simplement destiné à éliminer du nouveau FN les gens dans mon genre qui cumulent force handicaps pour le FN d’aujourd’hui : patriote viscéralement attaché aux clochers et aux traditions de leur « petite patrie » ainsi qu’aux valeurs traditionnelles – le plus souvent – irriguées par le catholicisme, des gens osant appeler un chat un chat et peu convaincus par les bienfaits du mariage pour tous, des gens qui, malgré ses nombreux défauts, refusent de cracher sur Jean-Marie Le Pen et continuent de mesurer la valeur ajoutée qu’il apporte au débat d’idées, etc.

C’est avec Domard que le ton est monté le plus haut ? Oui. Il m’a reproché avec une violence verbale incroyable d’avoir employé le mot de « sodomites » dans un article et a tenu à savoir si je regrettais ou non l’usage de ce mot aujourd’hui – je vous l’accorde - passé de mode dans les media. Je lui ai dit que Le Pen père l’employait naguère et qu’il ne me choquait aucunement. Sa rage a alors redoublé sans que Jalkh ne réussisse à le calmer (« Laissez parler M. Gruau ! »). Il était hystérique, le Danton de Twitter ! Et moi de le regarder s’exciter en me disant que j’étais présentement au siège du FN, dans la maison créée par Jean-Marie…

Vous aviez l’impression de rêver ? De cauchemarder, plutôt ! Hein, quoi ! Se battre au quotidien pour que des gens comme cet énergumène vous engueulent pour des peccadilles pareilles ! Alors que la France connaît les problèmes que l’on sait, qu’il s’y passe chaque jour 13 000 vols, 2 000 agressions et 200 viols, qu’une Maryvonne de 83 ans ne peut rentrer dans sa maison rennaise occupée par des squatteurs, que des agriculteurs désespérés décident chaque jour de se pendre dans leur grange, que des chômeurs voient leur existence sombrer de jour en jour à cause des rejets reçus lors de leurs recherches d’emploi, etc. Alors que le « Grand remplacement » progresse à pas de géant, etc. se voir reprocher un mot de la langue française par un type aussi désagréable que ce Domard a quelque chose de terrifiant. Du reste, je leur ai dit, à tous, que je les trouvais sinistres !  

Saint-Just a-t-il parlé ? Oui, il m’a dit que Marine serait sans doute élue présidente de la République et que, pour ce faire, quiconque pouvait, par ses propos, « obstacler » peu ou prou la réussite de sa cheftaine préférée, devait dégager du FN. Pour lui, mes propos sont de nature à faire perdre Marine… 

Que lui avez-vous dit ? J’ai sorti de mon cartable un cédé que j’avais apporté spécialement. Il est dédié à l’écrivain d’origine lyonnaise  – condamné à mort à la Libération – Henri Béraud et Saint-Just y intervient – pour évoquer le procès du grand écrivain – ainsi que Béraud lui-même (« Lyon, mon pays »), Francis Bergeron, ADG, le professeur Butin, l’abbé Bétin et Jean Raspail. J’ai donc demandé à l’ancien avocat du Menhir s’il comptait, avec les nouvelles idées qu’il défend, assurer la promo de cet excellent document… d'extrême-droite !

Il n’a pas dû aimer. Il a été surpris. Tout comme son voisin Bilde, qui a fait une remarque laissant entendre que j'étais intellectuellement combattif...

Bref, en conclusion, vous avez tout de suite su ce qui vous attendait… Bien sûr. Mais, je le répète, ce qui m’étonne c’est – j’insiste - que le FN ait accepté de m’encarter avec les idées qui ont toujours été les miennes et celles de… Jean-Marie Le Pen. Que croyait-il en m’acceptant en leur sein ? Que j’allais abandonner mes idées pour faire plaisir à un énarque qui se flatte de venir de chez Chévenement et se prend in petto pour l’héritier du Grand Charles !

Est-ce grave pour vous ? Nenni ! J’ai été élu en mars 2014 sur des idées que j’ai toujours défendues haut et fort et qui resteront les miennes au conseil municipal et à Laval Agglomération. Ah, ça, on ne pourra pas dire qu’il y a eu tromperie sur la marchandise ! J’ai été élu sans être encarté FN et avec le soutien du FN 53. Je n’aurais pas été élu sans ce soutien mais le FN 53 n’aurait pas eu d’élu si je n’avais pas été tête de liste, c’était donnant-donnant. Et j’estime avoir beaucoup donné, ainsi que ma famille. Bref, je redeviens ce que j’étais il y a moins d’un an : un élu de la droite nationale, et qui défend ses idées pour 26 € par mois ! Et vive la liberté d’expression ! 

Votre conclusion ? Je l’ai formulée sous forme d’un tweet : « Purge #FN: se faire virer par un tribunal comprenant l'homosexualiste Eric #Domard et le faux-cul de #SaintJust, est un honneur ! »

Je préfère personnellement l’autre tweet ? Ah oui, celui-là :  « En fait, si j'ai bien compris, je me fais virer du #FN en 2015 pour avoir employé,en 2013, un mot qui sied à nombre de ses cadres : sodomites »

J’ai vu qu’il avait déclenché la fureur des petits Marinistes de « La Mayenne on adore » qui ont écrit un articulet de plus contre vous avec un titre incroyable : « Viré du FN, Jean-Christophe Gruau accuse des « sodomites ».  Oui, et j’en parlerai dans un prochain article…

2020  Laval et son histoire   globbersthemes joomla templates